Dernières chroniques

Nouveautés

vendredi 28 août 2015

Chronique BD : Les carnets de Cerise - Tome 1 - Le zoo pétrifié ♥ ♥ ♥

Joris Chamblain
Aurélie Neyret

Editions Soleil
Collection Métamorphose
Paru en Septembre 2012
76 pages - 15,95 euros

BD Jeunesse

"Il était une fois... Quand j'étais petite, je me suis fait la promesse que si un jour, j'avais un journal intime, il commencerait comme ça. Il était une fois... ben moi, Cerise ! J'ai dix ans et demi et mon rêve, c'est de devenir romancière. Ion truc à moi pour raconter des histoires, c'est d'observer les gens, imaginer leur vie, leurs secrets. On a tous un secret enfoui que l'on ne dit pas, qui fait de nous ce que nous sommes... En ce moment, avec les copines, on observe quelqu'un de vraiment mystérieux..."


Je sais ce que vous allez me dire ! Je débarque avec mon premier tome des Carnets de Cerise qu'on ne présente plus tellement c'est magnifique, original, incroyable... Et c'est vrai, je suis très en retard sur mes chroniques BD. Mais je suis obligée de vous en parler par ici. C'est un coup de coeur ! De ceux qu'on oublie pas, de ceux qu'on attend patiemment que nos enfants grandissent pour leur faire partager, de ceux qui nous réjouissent et nous enthousiasment, de ceux qui nous réconfortent... car l'histoire des Carnets de Cerise, de ce tome 1 intitulé Le zoo pétrifié est pétri d'amour, d'amitié, de solidarité et d'une poésie si douce qu'elle envahit nos coeurs de bonheur.


Cerise c'est une petite fille de 10 ans et demi, pétillante, pleine de vie et d'énergie, intelligente et curieuse de tout qui rêve d'être écrivain, comme Madame Desjardins, romancière du village. Elle vit seule avec sa mère et s'en porte très bien tellement elle est pleine d'imagination et adore ses meilleures amies : Erica et Line. Elles ont construit une cabane dans la forêt. Le passe-temps favori de Cerise c'est de là-haut, rêvasser et observer les alentours, surtout les personnes. D'ailleurs elle note tout dans son carnet de bord. Le sujet du jour est un vieux monsieur. Il est mystérieux celui-là, avec ses pots de peinture, il s'enfonce dans la forêt et hop disparaît !

Cerise s'est mis en tête de découvrir le secret de cet homme : Qui est-il ? Où va-t-il ? et que fait-il avec ces pots de peinture ? On se laisse happer par l'intrigue et surtout, tout comme Cerise, notre curiosité est piquée au vif. Il faut le dire, tout est fait pour nous inciter à découvrir la suite : la tonalité pétillante et pleine de joie, la douceur de Cerise et son côté aventurier en herbe, les pages imbibées de chaleur automnale, les personnages attachants, le suspense... Pour ma part, je me suis laissée surprendre et quelle belle surprise ! En ressortant des Carnets de Cerise, j'étais redevenue petite fille, excitée, heureuse, les étoiles pleins les yeux, quand l'imagination rejoint la réalité mais avec un soupçon de magie en plus, une touche de poésie. L'histoire du zoo pétrifié est magnifique, mélancolique, nostalgique et comme atemporelle. 


Plein de fraîcheur, de candeur, de souvenirs d'enfance, lorsqu'on avait la capacité de s'émerveiller d'un rien, Le zoo pétrifié est un conte moderne, empli de générosité et de belles valeurs à défendre : l'attention qu'on porte aux autres, l'écoute, l'entraide, l'amitié, le désir de participer à un acte collectif, l'envie de se dépasser et de faire revivre un passé flamboyant, redonner vie par l'art... Les Carnets de Cerise c'est aussi une variété sympathique et attractive de dessins à côté des planches classiques : extraits de journaux, "photographies", lettres, extraits du journal de Cerise, croquis enfantins... qui donnent à l'ensemble une vivacité et une proximité avec son lecteur. L'ambiance est volontiers intimiste et cela fonctionne bien car on s'immerge totalement dans la BD. Et que dire des illustrations ? Elles sont tout simplement somptueuses, magiques, enchanteresses, entre ambiance automnale, chaude et chaleureuse, grands yeux expressifs qui montrent à quel point le regard d'un enfant peut être merveilleux et plein d'admiration, traits plein de tendresse et de délicatesse avec des couleurs douces et sereines... Une belle BD qui respire la poésie, d'une sensibilité et subtilité rares et tellement, tellement émouvante !

 ♥ ♥ ♥

Chronique BD : Wormworld Saga - Tome 1 - Le voyage commence

Daniel Lieske

DUPUIS
Traduit de l'allemand par Issa Diomansy Koité
et Hélène Remaud
Paru en Mars 2014
128 pages
14,50 euros

BD Jeunesse/ Tout public
Thèmes : Fantasy, Fantastique, Aventure

Quatrième de couverture : Jonas profite de son dernier été de liberté avant de rentrer au pensionnat. Alors qu'il explore le grenier de sa grand-mère, il chute dans un monde inconnu. Il vient d'arriver dans le "Wormworld"... Le voyage auquel nous convie Daniel Lieske, artiste numérique allemand est somptueux : les graphismes qui évoquent Miyasaki ou Jim Henson sont d'une lumière et d'une beauté à couper le souffle, sur la trame d'une fantasy éternelle. En lançant sa saga sur la toile, Daniel Lieske a déjà rassemblé une immense communauté de lecteurs. On recense aujourd'hui pas moins de 26 traductions faites par des fans du monde entier !

Je reste partagée sur l'engouement qu'il y a autour de Wormworld Saga...parce que le scénario reste assez simple et archi vu, revu et connu, si bien que je n'ai pas été transportée ni émerveillée par le voyage de Jonas. A la veille de ses vacances, Jonas part chez sa grand-mère avec son père. Il a fait une grosse bêtise et son père lui en veut beaucoup...si bien que Jonas n'a pas le choix, cet été, il doit travailler sur ses devoirs. Il a également vécu un drame, on s'en doute puisque c'est suggéré mais on en saura pas plus, ni sur l'absence de sa mère. Petit héros de facture classique, il n'en demeure pas moins attachant. Dans le grenier de sa grand-mère, il joue, il explore, il vagabonde et découvre un passage mystérieux...qui va le conduire dans un monde inconnu, peuplé d'insectes géants et dangereux. C'est le Wormworld...un monde fascinant qui rappelle une sorte d'Inde fantasy avec des runes magiques, des créatures surnaturelles et extraordinaires, une nature aussi luxuriante que menaçante, des magiciens chamans...

 
Si le scénario n'est certes pas très original, toute la qualité repose sur le graphisme éblouissant, les décors, les jeux de lumières, les contrastes et la variété d'une nature envoûtante et captivante. Si bien que l'univers du Wormworld est foisonnant et semble porteur d'une mythologie intéressante dont il nous reste, à la fin de ce tome, tout à découvrir. Malheureusement, j'ai trouvé la progression de l'intrigue beaucoup trop lente. La première partie étant consacrée à la réalité de Jonas, à la présentation de son père, de leurs conflits...et lorsque Jonas rentre dans le Monde du Ver, c'est déjà la fin... autant dire qu'il ne se passe pas grand chose mais peut-être est-ce pour mieux nous donner l'eau à la bouche sur cet univers à la fois féérique et effrayant, magique et étrange. J'ai donc hâte de lire le tome 2 qui sera déterminant pour me faire un meilleur avis. Une série de fantasy classique agrémentée d'un univers merveilleux et fantastique voilà ce qui pourrait résumer le premier tome introductif de la "Saga du Grand Ver" dont l'intérêt pour ma part réside essentiellement dans un graphisme 100% numérique, des décors luxuriants, sublimes et des couleurs fascinantes qui rappellent les jeux vidéo (mais là encore le graphisme du jeu Child of light est beaucoup plus fin, délicat et original). Les pages "bonus" reviennent sur la création de la série, sur les idées de l'auteur, sur ses inspirations, c'est intéressant, on nous laisse entrevoir un potentiel. A voir dans le prochain tome si l'auteur aura réussi à y mettre sa touche d'originalité et personnelle.


jeudi 27 août 2015

Chroniques BD : Coeur de pierre - L'homme montagne

Delcourt Jeunesse

Coeur de pierre
Séverine Gauthier
Jérémie Almanza
Paru en Avril 2013
32 p - 9,95 euros

"Il est né avec un coeur de pierre, elle, avec un coeur d'artichaut."

Coeur de pierre est un conte philosophique et poétique qui raconte l'histoire tragique d'un amour impossible. Un garçon né avec un coeur de pierre ne peut ni aimer, ni sourire, ni ressentir d'émotions. Il rencontre une jeune fille qui elle, a un coeur d'artichaut (le jeu de mot est symbolique et évocateur), prêt à aimer et tomber amoureuse. Se laissant porter au gré des élans de son coeur, elle attend désespérément le garçon au coeur de pierre en lui offrant chaque jour des feuilles de son coeur. Remplie d'attentions et d'affection pour lui, elle comprend qu'il ne pourra jamais lui rendre ce qu'elle attend... On ressort de cette bande dessinée, à la fois émerveillés par les planches magnifiques et envoûtantes de Jérémie Almanza et peinés par ce récit doux-amer et terriblement mélancolique. Bien que la tonalité de ce conte soit sombre et triste, les illustrations sont incroyablement lumineuses, avec des jeux de clair-obscur, des nuances éclatantes de couleurs automnales nous plongeant dans une lecture contemplative. La fin n'est pas heureuse pour tous les personnages et d'ailleurs le début rappelle Aristide broie du noir, du même duo avec cet ancrage profond dans la solitude, le chagrin et la noirceur. On échappe pas à l'atmosphère sombre burtonienne et à l'onirisme qui se dégage des dessins tout en contrastes. Un conte sublime, magique qui nous parle d'amour mais aussi de ce que l'on nous transmet ou pas pour apprendre, comprendre et accepter les sentiments. 




L'homme montagne
Séverine Gauthier
Amélie Fléchais
Paru en Mars 2015
40p - 10,95 euros

Grand-père et l'enfant aiment voyager. Ensemble, ils ont parcouru le monde. Mais grand-père ne peut plus avancer, les montagnes qui ont poussé sur son dos tout au long de sa vie sont devenues trop lourdes aujourd'hui. Même le vent ne peut plus le porter. Alors l'enfant ira chercher le vent le plus puissant, celui qui peut soulever les montagnes. Ainsi commencera pour lui le plus grand des voyages. 


L'homme montagne est un conte onirique d'une sensibilité touchante et poignante...qui m'a valu d'être émue jusqu'aux larmes tellement le récit de ce petit garçon qui brave tempêtes, vents et neige pour aider son grand-père à entamer son ultime voyage. Les dessins d'Amélie Fléchais (que j'adore suite au coup de coeur pour Le Petit Loup Rouge) participent à la réussite de cette belle BD par leur pouvoir d'évasion et d'immersion. Les décors, les paysages d'hiver et de nature sont sublimes avec des couleurs magnifiques, lumineuses et d'une clarté saisissante. Le texte est chargé de symbolisme et de mélancolie...la fin m'a bouleversé. Malgré les épreuves à affronter, le garçon courageux est motivé par l'amour et l'affection mais aussi ses questions sur le monde nous offrant une sorte de conte d'apprentissage aux accents évocateurs. Le rythme du récit, parsemé de dialogues oniriques et existentiels est volontiers lent pour nous permettre la méditation nécessaire. 

L'essentiel est suggéré et l'émotion est palpable grâce à une tonalité intimiste, dans le coeur et l'âme du petit garçon qui fait son chemin tout en douceur vers le deuil, l'acceptation de la disparition d'un être cher. Mais L'homme montagne c'est aussi la force des racines, c'est l'importance de ses origines et de se construire en tant qu'être. Aussi bien que par son texte que par ses illustrations, L'homme montagne est plein de délicatesse, de tendresse, riche en niveaux de lecture. S'adressant à tous les âges, les plus jeunes y verront une formidable aventure et les adultes y liront et comprendront d'autres choses plus profondes.  Un conte subtil, sensible, intelligent, plein d'inventivité aux illustrations magiques et captivantes, entre quête initiatique et découverte d'un monde souvent porteur d'espoir. 



 
 

Chronique Jeux de société : Les Trois Petits Cochons



Purple Brain Creations

Auteur du jeu : Laurent Pouchain
Illustrateur : Xavier Collette
Adaptation du conte : Benoît Forget
N°I Contes & Jeux
Prix de vente conseillé : 24 euros

Dès 7 ans
De 2 à 5 joueurs
Durée d'une partie : environ 20 min

Contenu de la boîte :

-36 tuiles, cartes "Maison" dont 12 en paille, 12 en bois et 12 en brique. Chaque matériau comprend 4 portes, 4 fenêtres et 4 toits.
-5 dés spéciaux dont 3 avec une face "Loup"
-1 roue "Souffle" avec fléchette
-6 cartes "Récompense" utilisées pour la variante du jeu
-1 livret illustré du conte
-1 livret "Les règles du jeu"

Pour télécharger la règle du jeu complète c'est ici


Présentation 
En tant que petit cochon, votre plus grand désir est de construire une solide et belle maison dans laquelle vous pourrez passer vos longues soirées d'hiver. Pour cela, nul besoin de truelle ni d'échafaudage car seuls les dés vous permettront de construire la maison de vos rêves. Mais gare au loup qui rôde et qui n'a qu'une seule idée en tête : souffler votre belle bâtisse!

MON AVIS :
Un jeu de société pour toute la famille qui réunit un conte de notre patrimoine culturel et un jeu...voilà qui est bien pensé et je ne pouvais pas ne pas passer à côté. Vous le savez, je trouve que lorsque des projets allient littérature jeunesse et jeux ou loisirs créatifs, je suis toujours partante. Aussi dans la gamme Contes & Jeux proposée par Purple Brain Creations, plusieurs jeux conçus autour des contes sont parus, j'ai testé Les Trois Petits Cochons.

Les cartes "Maisons" avec toits, fenêtres et portes. Attention ce ne sont pas toutes les mêmes. Sur certaines on trouve un petit cochon et des pots de fleurs.

Commençons d'abord par nous rappeler le conte grâce à un petit livret de 5 pages illustrées qui raconte l'histoire des Trois petits cochons, récit librement adapté par Benoît Forget. C'est l'occasion d'allier plaisir de la lecture et plaisir de jouer et surtout c'est essentiel pour nous mettre dans le bain. 

L'objectif du jeu est de construire un maximum de maisons avant que le loup n'arrive. Le jeu est très sympathique et intuitif, ce qui est appréciable pour les premières parties car on a pas tout le temps le nez plongé dans les règles. Dès la première partie, on profite pleinement de l'esprit du jeu. D'emblée l'enfant comprend qu'il va falloir utiliser les cartes Maison pour construire des maisons. De plus le suspense est toujours de rigueur, au cours de la partie : chaque joueur a droit à 3 lancés de dés. Au gré de sa stratégie, il peut en relancer soit un ou plusieurs selon s'il veut construire un toit, une fenêtre ou une porte. Attention les maisons en brique sont très prisées. Il faut au moins 4 dés de face identique pour avoir le droit de piocher dans la pile "brique". Mais le risque de relancer plusieurs fois ces dés c'est tomber sur le loup 2 fois et là...


Pour chaque joueur, il s'agit de construire une ou plusieurs maisons (un maximum en fait ou une ou deux bien solides!) avec différents matériaux ou tout en bois, tout en paille et tout en brique. Une maison commence toujours avec une porte ou une fenêtre et dès lors qu'on y met un toit, la maison est considérée comme terminée. Attention, du moment où la maison est achevée, on ne peut plus y mettre de portes! Cela nous a valu des fous rires car chacun a sa technique de jeu. Moi je privilégie la technique des maisons peu nombreuses (deux ou trois) mais bien bâties et complètes ! Dans la variante qui est très sympa, il y a des objectifs à remplir par exemple : construire une maison avec porte, fenêtre et toit en un seul matériau, construire une maison à étages (plusieurs fenêtres), avoir des pots de fleurs. Il y a des règles de construction à respecter et le jeu est évolutif. Il y a deux niveaux de jeu : celui simple où l'on suit les règles de base puis celui plus fun et qui lance des défis grâce aux cartes "Récompense". Si les défis sont remplis, on gagne des points supplémentaires.

YES!!! J'ai une maison tout en briques! Que le loup arrive, je ne le crains pas!

AU SECOURS! 2 dés de même face! Planquez-vous le loup arrive!!!

Le moment le plus fort du jeu c'est quand le loup arrive...parce qu'il faut bien avouer que lorsque les deux faces Loup tombent, on crie, on rit, on a peur et le jeu devient palpitant et plein d'action! L'idée c'est quoi ? Quand le loup arrive, le joueur qui a lancé les dés, doit choisir un adversaire et sa maison et souffler sur la roue "Souffle". Ce qui est drôle c'est que l'on peut choisir de souffler sur la roue de manière classique donc faire tourner la roue ou se prendre pour le loup et la faire tourner en soufflant réellement dessus! Il va falloir s'entraîner! Le matériau choisit, on enlève toutes les cartes qui correspondent. 

J'ai soufflé une maison composée de deux cartes Maisons paille (toit et fenêtre) Il reste une porte en bois! Vite faut que je la reconstruise avant le loup ne revienne.

Nous avons passé toute une après-midi à jouer et le temps passe (trop!) vite tellement on s'est bien amusé. C'est divertissant car le jeu reprend l'esprit du conte. Il est intéressant pour les enfants parce que cela les rend curieux, les conduit à une certaine logique et stratégie pour bien organiser la construction des maisons. Un petit jeu de société convivial, familial, original dont les règles intuitives et efficaces permettent de s'immerger complètement dès la première partie !



Purple Brain Creations : page Facebook
Diffusé par IELLO

Un secret de petit cochon ♥ ♥ ♥

Philippe Jalbert

Seuil Jeunesse
Paru en Août 2015
48 pages
13,50 euros

Album Jeunesse dès 4 ans
Thèmes : Cochon, Humour, Secret

Après mes deux coups de coeur pour La Déclaration et Pourquoi je ne suis plus ton amoureux, Philippe Jalbert revient avec un album hilarant mettant en scène un petit cochon bien mignon. Ce cochon est gentil mais il finit par s'énerver un peu lorsque tout commence par un "Dis-le moi !". Cochon est obstiné et surtout il veut le garder. Après tout c'est le sien, rien qu'à lui alors pourquoi il irait le dire aux autres ? Les autres animaux, parlons-en, volontiers vauriens et fouineurs s'en mêlent aisément. Chatte sait garder les secrets, Tortue a une carapace qui fait office de coffre-fort, l'ourse offre ses bons soins : "S'il te pèse je veux bien le prendre, juste pour te débarrasser, te soulager..." et devant le refus catégorique de petit Cochon, les animaux se fâchent et le soupçonnent. Petit Cochon en a assez et s'enfuit, excédé de tant de chamailleries. Il croise alors un loup silencieux, tellement silencieux que le cochon engage la conversation : "Tu sais, j'ai un secret". L'air de rien, le loup n'en a que faire... Feinte ou réelle indifférence ?


A vous de le découvrir dans cet album drôle et frais sur le thème des secrets. Au pays des animaux, taire un secret aux curieux est un vrai défi...entre les manipulations, les promesses, les flatteries et les tentatives de séduction voire même d'intimidation, tout est bon pour amadouer le cochon! Dans les albums de Philippe Jalbert, il y a toujours un petit message critique comme une satire sociale qui fait réfléchir. Dans Un secret de petit cochon, on parle de respect d'autrui, d'intégrité et surtout de confiance! La fin est mémorable, clin d'oeil subtil au conte des Trois petits cochons. Comme toujours, Philippe Jalbert crée l'effet de surprise et plus particulièrement dans cet album où l'intrigue est rondement bien menée et écrite. Illustré avec tendresse, joyeuseté et espièglerie, il se dégage toujours une touche de malice et de fantaisie dans ses illustrations réjouissantes et expressives. On le savait déjà, Philippe Jalbert manipule l'humour avec beaucoup de fraîcheur et de subtilité...de fait la chute d'Un secret de petit cochon vous fera sourire jusqu'aux oreilles!


mercredi 26 août 2015

Blackwood Le pensionnat de nulle part

Lois Duncan

Hachette Jeunesse
Collection Black Moon
Traduit de l'anglais par Luc Rigoureau
Paru en Août 2015
270 pages
16 euros

Roman ados dès 13 ans
Thèmes : Fantastique, Pensionnat, Suspense

Quatrième de couverture : A l'instant où elle pose les yeux sur l'imposant manoir gothique de Blackwood, le pensionnat où elle va passer l'année, un sentiment d'angoisse s'empare de Kit. Comme si un vent glacé traversait son cour à chaque pas effectué vers la porte. Comme s'il y avait quelque chose de maléfique à l'intérieur des murs du pensionnat, perdu au milieu de nulle part.

Un pensionnat gothique perdu au milieu de nulle part, dans une sombre et solitaire forêt... lorsque Kit franchit les grilles de son nouveau lycée, un sentiment d'angoisse et de terreur l'envahit. Elle sent comme une présence maléfique mais ne se l'explique pas. Pourtant elle n'a pas le choix. Sa mère, fraîchement remariée, file le parfait et aveugle amour avec Dan et partent en lune de miel. Kit doit s'habituer à Blackwood et à sa nouvelle vie d'écolière. Mais la promotion est sévère et Kit déchante vite lorsqu'elle comprend qu'il n'y aura que trois autres jeunes filles avec elle. Qui les a choisies ? Comment ? Sur quels critères ont-elles été retenues ? Très vite, d'étranges phénomènes apparaissent : les trois filles développent des talents artistiques hors normes. Face à ces talents extraordinaires, la directrice de Blackwood est ravie et incite même les jeunes filles à se consacrer corps et âme à leurs dons apparus si soudainement...

Dès les premières pages, Blackwood Le pensionnat de nulle part nous envoûte facilement et nous plonge au coeur d'une vaste demeure gothique. Complètement dans le genre du thriller paranormal où suspense et horreur se disputent une ambiance sombre, mystérieuse... j'ai dévoré ce roman en une soirée tellement j'étais prise dans l'action. C'est très bien écrit et rondement maîtrisé, l'auteur ayant une écriture efficace et dynamique. Bien que l'intrigue soit prévisible, enfin, le déroulement des évènements : les apparitions spectrales dans le couloir, le vent glacé qui envahit les chambres, des nuits agitées et cauchemardesques...on se laisse prendre dans un roman d'atmosphère qui sait tenir en haleine et provoquer des frissons. Comme Kit, on s'interroge, on s'inquiète, et on pressent le pire. Le dénouement dépassera néanmoins l'entendement et la raison. Un excellent roman du genre, divertissant, prenant et angoissant qui n'est pas sans rappeler un bon Lovecraft ou dans la veine d'un Wilkie Collins, en plus moderne, pour frissonner la nuit, sous la couette...toutes lampes allumées!

Chronique coloriage anti-stress : Mini coloriage anti-stress MOTIFS JAPONAIS

Editions Marabout

Collectif
Collection Mini coloriage
Paru en Juillet 2015
70 pages
5,90 euros

Art-thérapie/ coloriage pour adultes

Présentation : Eteignez votre tablette et votre téléphone, débranchez votre ordinateur et la télévision, installez-vous confortablement, choisissez de jolies teintes dans votre boîte de crayons de couleur et détendez-vous en prenant le temps de colorier et en oubliant les petits soucis de la vie quotidienne!

Après avoir apprécié et testé dans la même collection le thème JAPON (chronique ici), j'étais curieuse de découvrir celui-ci. Au début je me suis demandée si il y aurait des doublons, des dessins identiques au précédent et j'ai été agréablement surprise par le fait que les deux blocs soient en complémentarité et différent l'un de l'autre. Je ne suis pas déçue de Motifs japonais même si je pense que le choix des dessins reste dans les motifs de type traditionnel. Il y a beaucoup de dessins avec des motifs géométriques, éventails, fleurs, objets asiatiques comme des théières, des temples, des carpes koï... il y a très peu de dessins dits "kawaï", seulement deux ou trois avec des bouilles de chats bonheur. Je regrette qu'il n'y en ait pas plus mais cela pourrait faire l'objet d'un autre thème Mini coloriage "le Japon moderne" avec des dessins de mangas, d'objets kawaï, d'Hello Kitty et de toute la culture populaire japonaise ? J'adorerais, là ce serait nouveau et totalement original car je n'en ai pas encore vu sur le marché. Comparé à Japon, Motifs japonais manque un peu de diversité ou de nouveauté, c'est mon seul léger bémol car les formes géométriques ont un autre intérêt. 

Plusieurs points positifs sont appréciables : chaque dessin est répété à l'identique recto verso... ce qui est une excellente idée car lorsqu'on a colorié un dessin, on peut faire le même dans une version différente...ou si on trouve qu'il y a des défauts dans le premier, on peut recommencer. D'autre part, le côté "bloc de dessins détachables" est toujours aussi pratique et l'attrait des formes géométriques répétées ou des fleurs...c'est que l'on peut le finir n'importe où, pendant une pause au travail ou le soir pour se détendre. En tout cas j'aime beaucoup cette collection qui propose des thèmes originaux et variés, à mini prix avec une bonne qualité de papier (mais attention aux feutres à alcool!) Je reviens d'ailleurs très vite avec mon coup de coeur de cet été aux éditions Marabout dans la même collection avec Chats! Une merveille et une formidable découverte!

Et pour vous montrer un aperçu, voici les extraits de mes coloriages préférés :





Les instruments d'Afrique

Musique de Dramane Dembélé
Illustrations de Rémi Saillard

Didier Jeunesse
Collection Ecoute & devine
Paru en Août 2015
Sur une idée de Michèle Moreau
18 p + CD de 22 min
13,10 euros

Livre sonore dès 3 ans
Thèmes : Musique, Sonorités, Afrique

Quatrième de couverture : Moussa le singe aime la musique...et s'amuser ! Avec lui, écoute chaque instrument, devine à quoi il ressemble et soulève le flap! Pour découvrir 5 instruments traditionnels africains : le djembé, le n'goni, la sanza, le tama et la flûte peule. A la fin, un superbe morceau avec tous les instruments ! Des musiques originales, composées et interprétées par Dramane Dembélé.

Partir à la découverte des sons de l'Afrique grâce à la voix solaire et réjouissante de Dramane Dembélé, c'est ce que nous offre ce très joli album Les instruments d'Afrique. 5 instruments de musique aux sonorités dépaysantes et rêveuses vont donner envie de danser, de chanter avec du djembé, du tam tam, de la flûte peule, du n'goni et du sanza. La musique est ici synonyme de tradition orale, de richesse culturelle mais surtout de vitalité et d'énergie. Chaque instrument est mis en musique et interprété en solo jusqu'à la plage finale qui réunit tous les instruments dans un rythme aussi entraînant que facétieux!
Les illustrations de Rémi Saillard se prêtent à merveille dans l'ambiance musicale proposée par l'album : des traits vifs et appuyés, des couleurs vives, franches et joyeuses, des animaux de la savane à l'air rigolo et festif avec leurs yeux rieurs et leur sourire communicatif. Un album d'éveil musical de qualité pour voyager et s'évader...


mardi 25 août 2015

Sur le chemin de l'école #3 : Je rentre en grande section de maternelle

Sylvie Cote et Valérie Videau
Illustré par Olivia Cosneau

De La Martinière Jeunesse
Paru en Août 2015
60 pages avec un feutre effaçable
13,90 euros

Cahier d'activités et jeux dès 4 ans
Thèmes : Parascolaire, Apprentissage, Ecriture

Je rentre en grande section de maternelle est un cahier d'activités parascolaires dont l'objectif est d'accompagner l'enfant tout au long de son année de grande section. Les activités proposées sont donc en lien avec tous les apprentissages de cette classe, en respectant les objectifs lancés par l'Education nationale. Imaginé par une auteur jeunesse et une institutrice, il respecte le rythme de l'enfant et offre ainsi des activités de différents niveaux et de difficulté croissante : graphisme, écriture, lecture, mathématiques, découverte du monde, repérage dans le temps et l'espace, mémoire visuelle...tout le programme est abordé de manière ludique, sous forme de jeux, le tout accompagné d'illustrations joyeuses, vives et affectueuses pour se sentir en confiance.


Grâce au feutre effaçable et aux pages plastifiées, l'enfant peut se tromper, recommencer, s'entraîner. J'aime le côté pédagogique d'un tel cahier et la présentation est réussie : entièrement cartonné, le support ressemble à une ardoise avec deux poignées et des pages à spirale qu'on peut facilement tourner. Au début j'ai trouvé que certains exercices étaient difficiles puis me penchant plus près sur le contenu du programme scolaire de la grande section et sur les résultats fixés par l'enseignement, on s'aperçoit que ce cahier respecte l'apprentissage et le cursus scolaire de la maternelle : classer les objets selon leur taille, distinguer les formes géométriques, écrire les voyelles, reconnaître des mots simples, écrire les chiffres... pour chaque matière, il y a un index des objectifs qui sera essentiel pour guider aussi les parents qui souhaitent aider leur enfant dans son apprentissage. Les jeux proposés sont assez intuitifs : différence, intrus, points à relier, dessins, coloriages et les thèmes sont ceux de la petite enfance (animaux, fruits, vie quotidienne, Noël, saisons, montagne, châteaux forts, pirates, fleurs). Ludique, amusant et surtout pédagogique, un indispensable de la rentrée!



HISSE & HO - Tome 1 - Le phare mystérieux

Anne Loyer
Illustré par Anne Montel

Bulles de savon
Série Hisse & Ho
Paru en Juin 2015
167 pages
9,90 euros

Roman Junior dès 10/11 ans
Thèmes : Voyage, Aventure, Famille

Quatrième de couverture :  Les jumeaux Hisse et Ho sont embarqués par leurs parents pour une expérience incroyable : à bord d'un voilier, baptisé l'Olympe, ils prennent la mer pour une durée indéterminée ! Ils quittent le port de La Rochelle et accostent en Bretagne, sur l'Île aux fleurs. Là, un phare dresse son allure de cyclope. La nuit, il s'allume pour leur faire signe. Attirés comme des lucioles, le frère et la soeur enfourchent leur vélos et foncent vers le phare mystérieux... et vogue l'aventure !

Oui je l'avoue, j'ai craqué sur la couverture...puis ça m'a manqué cette année de ne pas voir la mer, de ne pas emmener Timothée jouer dans les vagues et découvrir la plage. Alors ce petit bout de roman, il me fallait le découvrir, le toucher, l'apprécier...et j'ai été embarqué. Hisse & Ho Levez les voiles! Ho Hisse embarquez à bord de l'Olympe...

Tout commence à la veille des vacances. Les jumeaux Hisse et Ho, de leurs vrais prénoms Athénaïs et Hélios écoutent attentivement l'annonce incroyable de leurs parents. On plaque tout, on largue les amarres. Nouvelle patrie : la mer. Nouvelle devise : les voyages ! L'Olympe...un rêve qui se réalise et des parents, une soeur, surexcitée et enthousiaste. Ho, le frère a un peu moins le pied marin, alors il se réserve, il observe, il attend... 

Pour cette première aventure, cap sur L'Ile aux fleurs en Bretagne. Un phare abandonné, une rencontre inattendue, des sorties nocturnes, un trésor et un certain Titouan... Mon Dieu que ces centaines de pages défilent à toute vitesse. L'écriture d'Anne Loyer me dépayse, m'invite au voyage, à lâcher prise et à savourer...une petite pépite pleine d'aventures, de suspense, d'humour, de légèreté, de tendresse et de fraîcheur. J'ai aimé la relation touchante entre les jumeaux, leur complicité, leurs échanges teintés d'amusement, de malice et d'espièglerie. On se chamaille, on se confie, on s'aime, on se protège. L'alternance des chapitres entre les jumeaux est parfaite et permet de mieux connaître chacun des personnages. J'ai adoré lire le journal de bord de Hisse où elle confie ses trouvailles, ses balades, son excitation. Mais surtout les mots d'Anne Loyer sont magiques : c'est si bien dosé, si bien écrit !  

Sensibilité, poésie, jeux de mots et rimes se partagent au rythme des vagues dans un élan réjouissant communicatif. Parsemé de croquis d'Anne Montel, l'originalité est là. Un roman idéal pour les vacances d'été...pour rêver, pour s'évader...et s'éprendre de liberté. Prochaine escale au Portugal... Soyez au rendez-vous!


Le blog de l'auteure : Anne Loyer

Ghost City ♥ ♥ ♥

Michel Honaker

Rageot Editeur
Collection In love
Paru en Juin 2015
176 pages
10,50 euros

Roman ados dès 14 ans
Thèmes : Fantastique, Désert, Justice

Quatrième de couverture : Un vent violent se leva aux portes du désert et enveloppa Farley. Les forces ténébreuses l'entravèrent. Il tomba à genoux en gémissant de rage impuissante. C'est alors qu'une jeune fille d'une beauté lunaire aux cheveux noirs surgit. Elle l'enlaça fermement en chassant les esprits du désert avec des formules en langue indienne...


Farley Scott, jeune cow-boy, fuit à bord d'une diligence qu'il a braqué avec deux autres comparses. Ils ont aux trousses les "régulateurs". Quand soudain, une tempête de sable les contraint à stopper en plein désert. Farley s'en sort car il distingue au loin les contours d'une ville. Semblant surgir du néant, mystérieuse et menaçante, Farley Scott s'y engouffre et rencontre Miranda. Elle le recueille et tente de le dissuader de rester. Le père de Miranda, le juge possède des pouvoirs immenses et terrifiants. Muni d'une vengeance tenace, il communique aux forces du vent et du sable pour faire venir les coupables dans Ghost City : une ville fantôme, condamnée où il est impossible de s'enfuir...

Je n'ai pas lu La tempête de Shakespeare d'où ce roman tire son inspiration pour la collection In love. Rappelez-vous ma chronique sur Ce feu qui me consume (Le vent te prendra ne va pas tarder à arriver) de Charlotte Bousquet (inspiré de La dame aux camélias) j'étais très emballée par l'originalité de la collection qui allie romance aux grands textes classiques de la littérature. Le roman d'amour est ici remis au goût de la littérature jeunesse. 

Je suis toujours autant séduite par cette collection et Ghost City renouvelle mon enthousiasme. Si vous vous attendez à une romance nian nian, passez votre chemin. Michel Honaker propose une rencontre étonnante, pleine de justesse et d'intelligence et nous plonge au coeur d'un décor Far West. Nous sommes proche de la frontière mexicaine. Ghost City est une ville déserte, particulière. Il y règne une drôle d'ambiance comme atemporelle et dangereuse. Ici les coupables sont jugés et condamnés à errer dans les rues. Mais le cas de Farley est sensiblement différent et dans ses yeux, Miranda, la fille du juge Prospero, voit de l'espoir, de la bonté, une forme de justice et d'équité. Elle n'hésite pas à s'opposer à son père et à lui opposer ses propres contradictions.

Michel Honaker nous offre une lecture divertissante, prenante et captivante oscillant entre univers fantastique (pouvoirs magiques, légendes indiennes, dons chamaniques), réflexion sur la justice, la vengeance, le sens des valeurs et romance légère, teintée de romantisme et de fraîcheur. L'ensemble fonctionne à merveille grâce à une écriture limpide, rythmée et de belle qualité. Michel Honaker s'attache aux détails : l'importance des décors, des paysages, des descriptions, l'art de Miranda, l'ambiance presque mystique et fantastique. L'adaptation d'une pièce de théâtre de Shakespeare dans un genre "western" est original et audacieux. J'ai été totalement transportée. La relation entre Miranda et Farley est d'abord compliquée, mais très vite elle devient touchante et pleine d'humanité. Miranda voit le bon en Farley alors que son père est trop prompt au jugement. Farley connaît tout du monde extérieur alors que Miranda n'a connu que Ghost City : un enfermement qui la rend méfiante et fébrile. C'est pour cela que la fin est belle et parfaite : les deux vont s'apprivoiser, se faire confiance et découvrir que derrière la vengeance, la trahison et les complots, il y a l'espoir et surtout l'avenir...

Dès le début, l'écriture de Michel Honaker titille notre curiosité et l'ambiance "cow-boy" contribue à cet enthousiasme. On a envie de savoir comment fonctionne cette cité fantôme et qui est ce juge qui a tant de pouvoirs prodigieux. Il faut savoir que La tempête se déroule sur une île déserte et que la transposition d'une ville fantôme est ici extrêmement bien pensée et maîtrisée. Une excellente lecture pour une collection radicalement différente et pertinente...