Jules Renard

"CHACUNE DE NOS LECTURES LAISSE UNE GRAINE QUI GERME" - Jules Renard

fête Halloween ...


jeudi 30 octobre 2014

HAUNTED - Tome 2 - HOLLOW

Jessica Verday   

Editions J'ai Lu
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Cécile Tasson
Paru en Avril 2013
445 pages
15 euros

Genre : Fantastique/Imaginaire

Quatrième de couverture : Après des mois passés à tenter d'oublier ce qui n'a pu être que le fruit de son imagination, Abbey est prête à rentrer à Sleepy Hollow. Elle pense avoir laissé pour de bon ses fantômes derrière elle mais, malgré tout, le souvenir de Caspian ne cesse de la hanter... Personne ne peut changer ce qui est écrit, encore moins lorsqu'il s'agit d'une légende.



 A propos d'Hollow, Tome 1
"Jessica Verday a tissé son intrigue autour de la sensibilité exacerbée, des sentiments et du ressenti. Tout y est décrit avec finesse et profondeur, s'appuyant surtout sur la psychologie des personnages. Beaucoup de sentiments contradictoires sont explorés : amitié, amour, regrets, tristesse, culpabilité. L'absence d'action n'est pas gênante dans la mesure où le suspense reste entier. C'est la découverte d'un univers différent, sensoriel et fascinant."

             
             Déprimée, esseulée, perturbée, Abbey a dû quitter la ville d'Hollow quelque temps afin de rendre visite à sa tante et de suivre une psychothérapie. Encore sous le choc de sa découverte : Caspian est un fantôme errant dans le cimetière et leur amour est voué à l'échec, Abbey essaie de se remettre doucement, partagée entre crédulité et doutes sur la véritable nature de son amour. Mais une cérémonie organisée à la mémoire de sa meilleure amie Kristen l'oblige à revenir dans sa ville natale. Abbey appréhende son retour. Reverra-t-elle Caspian? Et le cavalier sans-tête?

Ce n'est là qu'un modeste résumé de Haunted. Ce second tome est parfait et a su combler toutes mes attentes. Jessica Verday place son intrigue au coeur de la légende de Sleepy Hollow et décrit un univers mystérieux, envoûtant, brumeux...dans lequel on se sent bien, comme dans un cocon enveloppant. L'héroïne, toujours aussi attachante est parfois agaçante, trop vulnérable, pas assez déterminée. Il est temps qu'elle adopte une attitude plus volontaire, moins fragile. La première partie du livre manque d'action et est concentrée sur les pensées d'Abbey, ses questions sur sa santé mentale, sa pathologie, son envie d'oublier Caspian même si elle est encore très amoureuse. Apparaît Ben, un ami qui va lui faire du bien et l'aider dans ses études. Dans la seconde partie du roman, les choses évoluent nettement. Caspian a retrouvé Abbey. Elle reprend ses virées nocturnes pour le retrouver. Ils ont compris qu'ils étaient destinés l'un à l'autre, profondément liés à la ville et à sa légende. La troisième partie du roman est la meilleure car elle monte en intensité et promet de sacrés rebondissements : Abbey rencontre d'inquiétants personnages : deux couples aux propos angoissants qui provoquent chez Abbey des sensations désagréables et une peur incontrôlable. Tout comme l'arrivée de Vincent...d'autant plus qu'Abbey enquête  toujours sur le petit ami mystère nommé D de Kristen. Le monde de l'au-delà est partagé entre les ombres et les revenants, et Abbey commence à peine à entrevoir les dangers et les sombres vérités qui entourent son destin.

Un deuxième tome réussi grâce à une atmosphère propice aux fantômes, aux histoires extraordinaires et aux légendes oubliées, faisant la part belle à une très belle romance empreinte de sensibilité, de sensualité et de sincérité. Une série qui décidément me plaît beaucoup.

 
 Chez Lou & Hilde

Halloween : on dessine, on colle, on colorie! #3 : Cahier de dessin Les monstres

Candice Whatmore
Lizzie Barber
Kirsteen Rogers

Editions Usborne
Traduit par Déborah Cixous
Paru en Septembre 2012
32 pages
5,50 euros

Album de dessin/ Loisirs Jeunesse dès 5 ans

 Il ne te faudra que des couleurs pour donner vie à cette étonnante galerie de monstres modernes et mythiques. Tu y trouveras l'histoire de quelques monstres célèbres, des dessins à faire et de l'écriture. 


Ce cahier de dessin Les monstres est trop chouette! Et je crois qu'on ne se lasse pas de répéter à quel point les éditions Usborne sont champions en matière de livres d'activités, d'albums de coloriages, d'autocollants et de dessins. Les thèmes sont variés, les illustrations sont attrayantes. Il n'y a pas un ouvrage qui ne donne pas envie qu'on l'ouvre ou qui attise la curiosité. Sur le thème des Monstres, ce cahier de dessin ne déroge pas à cette originalité. Composé d'une double page pour chaque scène, on a à gauche, un décor à réaliser, à dessiner selon les consignes ou son imagination, en face à droite, on a un beau et grand dessin à colorier. Les conseils de dessins sont bienvenus : ainsi on va pouvoir apprendre à dessiner un loup-garou, le monstre du Loch Ness et le monstre de Frankenstein dans des séquences "pas-à-pas" vraiment pratiques et ludiques pour les novices. Proposant des activités diverses autres que le dessin et le coloriage, on invite l'enfant à préparer un menu pour les monstres, d'imaginer la suite d'un texte ou de tracer le chemin pour sortir du labyrinthe du Minotaure. Quelques méthodes et conseils sont donnés à l'enfant pour bien colorier, en fin d'ouvrage : les crayons, les feutres, les idées pour faire des motifs... C'est un cahier très intéressant parce qu'il fait appel à l'imagination des enfants et favorise leur esprit de création : des scènes à dessiner, à compléter, à créer et parfois même des petits jeux d'écriture. Un cahier très sympa et récréatif, à utiliser et réutiliser sans modération, en période d'Halloween.




 
 Chez Lou & Hilde

mercredi 29 octobre 2014

L'étrange zoo de Lavardens

Thierry DEDIEU

Seuil Jeunesse
Paru en Octobre 2014
72 pages
18 euros

Album Jeunesse dès 7 ans
Thèmes : Zoo, Animaux, Anthropomorphie

Présentation de l'éditeur :  Située, dans le temps, au début du siècle précédent, l'histoire construite en trois parties, est un prétexte à créer des images étonnantes, drôles et fantastiques. Acte 1 : le vicomte décide de transformer le parc de son château en zoo. Les animaux y sont en semi-liberté. D'où un chaos bien compréhensible quand ils "envahissent" le château. Acte 2 : la belle-mère du vicomte, excédée par ces débordements, décide d'éduquer les animaux. Ces derniers apprennent donc les belles manières : comment s'habiller, bien se tenir à table, et faire des noeuds de cravates. Acte 3 : avec les bonnes manières, les animaux "civilisés" ont appris la pudeur. Ils ne veulent plus s'exhiber "à poils" et font la grève. Un compromis est trouvé, ils se montreront "incognito". Nus, mais masqués ! 

       L'étrange zoo de Lavardens ne pourra pas vous échapper tellement cet album est original et atypique, unique en son genre. Au début du siècle précédent, le vicomte de Lavardens faisant faillite décide de transformer le parc de son château en un vaste zoo. De fil en aiguille, après des discussions, des explorations, des bouche à oreille, Lavardens ouvre son zoo avec de beaux spécimens : éléphants, lions, girafes, hippopotames, flamants roses, singes... Le monde est attiré et le zoo de Lavardens devient très prisé. Le vicomte s'en occupe tellement bien qu'il autorise même les animaux à vagabonder au gré de leurs besoins. Bientôt un chaos s'installe au château : les animaux investissent copieusement les lieux et on peut les croiser à l'intérieur du château, dans la bibliothèque, au salon, usant des jouets des enfants. N'y pouvant plus, la belle-mère de Lavardens met les choses au clair : il faut éduquer les animaux, leur apprendre les bonnes manières. Ces derniers apprennent donc à prendre le thé, à poser, à s'habiller avec élégance. Bientôt ils ne savent plus très bien dans quel monde ils vivent : sauvages ou civilisés, qui sont-ils? La rébellion gronde. Il n'est plus possible de s'exhiber nus à la vue de tous. Leur pudeur le leur interdit! Un compromis sera vite trouvé : désormais les animaux se montreront sous un masque...

Des animaux civilisés, des photographies anthropomorphiques, L'étrange zoo de Lavardens est une caverne aux animaux fantastiques arborant des masques... d'animaux. On découvre ainsi des croisements farfelus, comiques ou complètement ahurissants entre un aigle portant la tête d'un lion, une girafe à la tête d'hippopotame... bref les créatures sont spectaculaires tout comme les illustrations qui servent à merveille ces albums et qui ne manquent pas d'humour. Réalisées au fusain d'après des photomontages, retravaillées numériquement, les illustrations de Dedieu sont époustouflantes et créent une atmosphère particulière dans le style des années 1900. Cet album a un côté rétro charmant qui apporte aux dessins une note d'antan, esprit "cabinet de curiosités", un bestiaire illustré avec inventivité et prouesse artistique.

La mode des années 1950 - J'habille mes amies - à travers l'histoire

Megan Cullis
Illustrations Elena Selivanova

Editions Usborne
Collection J'habille mes amies à travers l'histoire
Traduit par Véronique Duran
Paru en Septembre 2014
34 pages
5,50 euros

Album d'autocollants dès 7 ans
Thèmes : Mode, Histoire, Vêtements

La collection J'habille mes amies - à travers l'histoire propose une série d'albums d'autocollants permettant de découvrir la mode à travers le temps. Dans ce titre, on s'intéresse à la mode des années 50, autrement dit on traverse le XXe siècle et on aborde avec enthousiasme le style vintage. Tous les styles féminins sont abordés dans des scènes et des décors réjouissants qui nous plongent dans le mode de vie des années 50et offrent ainsi de très jolies descriptions historiques des lieux de l'époque.


Luxe et élégance, le "new look", en matière de mode, les années 50 explosent grâce notamment à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les esprits évacuent le traumatisme de la guerre et se développe, créant des vêtements à la fois glamour et chic : jupes évasées pour danser le rock, robes du soir, tenues de terrasse, maillots de bains. L'album met aussi en avant tous les accessoires : bijoux, les créoles dorées, les sacs, les ceintures, les chapeaux. Il y a aussi un côté instructif à ce titre que j'aime beaucoup car cela permet aux enfants d'apprendre l'histoire des années 50 à travers les vêtements : c'est l'époque du rock n'roll, d'Elvis Presley, du bikini de Brigitte Bardot, de la libération de la femme, du luxe de Dior...

 
Les autocollants fournis (plus de 170) sont à utiliser pour notre plus grand plaisir afin d'habiller les mannequins de tenues simples ou sophistiquées. Il y a des notes explicatives, de courts encadrés qui donnent des informations précieuses sur le contexte historique et l'esprit des créateurs de l'époque. Un album ludique, instructif et vraiment charmant, dans l'esprit et le style "vintage" très tendance. C'est l'occasion de découvrir une mode qui revient au goût du jour et est encore très actuelle. Un superbe album d'autocollants, dont les illustrations sont réussies.







mardi 28 octobre 2014

Hortense au plafond

Aurore Callias

Albin Michel Jeunesse
Paru en Avril 2009
43 pages
13,70 euros

Album Jeunesse dès 5/6 ans
Thèmes : Chauve-souris, Nuit, Découverte

Quatrième de couverture : Ce récit à deux voix, carnets croisés d'Hortense et de Saguzar, se lit tout comme l'image, à l'endroit et...à l'envers. Une histoire pour conjurer les peurs de la nuit.

             La jeune Hortense n'arrive pas à dormir. La nuit venue, elle est agitée et tiens... il y a quelque chose qui pendouille au plafond. Elle le contemple, tourne autour... On dirait une bestiole suspendue par les pattes. Hortense ne va pas tarder à faire la rencontre de Saguzar, la chauve-souris qui a  choisi son domicile pour vivre. Les deux petites : l'humaine et la bestiole tombent en amitié, surtout lorsque Saguzar invite Hortense à venir la rejoindre au plafond. 

C'est une histoire d'amitié et de découverte du monde de la nuit atypique et originale. J'ai rarement vu un album aussi unique. Hortense une fillette va s'initier au mode de vie d'une chauve-souris. Ainsi la forme narrative mais aussi les illustrations de cet album sont fantastiques et nous invitent dans un univers incroyable. Hortense contemple de là-haut sa maison, sa chambre, son jardin, sa famille. Tout lui apparaît comme neuf et différent en pleine nuit, surtout parce que marchant sur le plafond, la tête en bas, elle redécouvre son quotidien. Le monde semble à l'envers alors que pour Saguzar, il est à l'endroit. Par un jeu de perspective et de point de vue, l'album propose deux pistes de lecture : d'un côté à l'endroit on a la voix de Saguzar qui raconte son excursion et sa rencontre avec Hortense. Dès lors on évolue dans un monde à l'envers avec un récit coloré en orange, qui se lit à l'endroit et c'est assez drôle. On sait que c'est Saguzar qui raconte. Puis on tourne l'album et on le met à l'envers pour redécouvrir l'histoire sous le point de vue d'Hortense avec un texte narratif en noir. Les illustrations jouent avec ce contraste envers/endroit, si bien qu'on est parti pour une longue et chouette lecture. 

 Cet album donne le tournis! Aurore Callias signe ici une oeuvre impressionnante pour son travail d'illustrations foisonnantes et fourmillant de détails petits, cocasses, farfelus, amusants. Le grand format de l'album est aussi appréciable pour la lecture décalée qu'il propose. Lire à l'endroit est une chose mais suivre les aventures à l'envers incite à une concentration assidue. La même histoire lue à l'endroit et à l'envers d'où l'extrême originalité de l'artiste qui pas une seule fois s'est emmêlé les pinceaux. Cela se passe la nuit si bien que même la fillette de l'histoire ne sait distinguer rêve et réalité. L'illustratrice a imaginé une histoire des plus réussie et guillerette, faite d'acrobaties en tout genre qui permettent de voir la nuit autrement, de manière humoristique et de dédramatiser les peurs du noir. Hortense et Saguzar sont attachantes, leur aventure est...renversante! A découvrir!


"La nuit penche: il faut s'accrocher. Bientôt, ça tourne à toute vitesse. 
Bercé par le tourbillon, nous dormons déjà profondément quand..."


 
 Chez Lou & Hilde


Fantômes et sorcières - Livre de coloriage

Candice Whatmore
Kirsteen Rogers
Lizzie Barber

Editions Usborne
Paru en Septembre 2010
30 pages
5,50 euros

Album de coloriage dès 4 ans
Thèmes : Fantômes, sorcières, Halloween

Es-tu assez courageux pour ouvrir ce livre ? Auras-tu la témérité de colorier et de dessiner sur toutes les pages ? Il n'y a qu'une manière de le savoir !

Quinze scènes à colorier et à dessiner autour du thème d'Halloween : Portraits de revenants, Amuse-gueules visqueux, La nuit ensorcelante, Une tête de citrouille, Provisions magiques, Film d'horreur, Le monstre de Frankenstein, La maison hantée, Des tombes macabres, Plantes maudites, Le bateau fantôme, Aux animaux abominables, Des bonbons ou un sort, Dans le chaudron et Spectacle de monstres. Autant de scènes richement colorées et décorées qui font peur et donnent envie de mettre son coup de griffe! Sur chaque double page, il y a un dessin à compléter (par exemple Remplis le seau d'Halloween de friandises) en suivant les consignes ou ton imagination, et de l'autre côté une grande illustration en noir et blanc à colorier suivant tes idées et tes envies. Ce livre de coloriage est drôlement chouette car tous les décors sont minutieusement travaillés et distrayants. A la fin de l'ouvrage il y a des conseils astucieux pour bien colorier et créer des formes à l'intérieur d'une case. Le mélange des deux activités (coloriage et dessin) est plutôt bien pensé et c'est très sympa : cela permet de varier les plaisirs et d'apporter une bonne complémentarité entre les deux activités. L'ambiance de l'album est parfaite pour Halloween : à la fois drôle et effrayante, joyeuse et malicieuse. Un chouette album de coloriage qui propose autre chose de plus diversifié que du simple coloriage : tout est conçu pour distraire et ne pas ennuyer l'enfant tout en lui proposant des univers réjouissants peuplés de vampires, de monstres, de sorcières, de citrouilles, de potions magiques...

 

















 
 Chez Lou & Hilde

Lili Pantouflette et l'Allée des Soupirs

Léonore Thélin

Thomas Jeunesse
Paru en Janvier 2011
40 pages
12,20 euros

Album Jeunesse dès 5 ans
Thèmes : Chat, Aventure, Amitié

Quatrième de couverture :  Le jour où son chat Mimollo disparaît, Lili Pantouflette part à sa recherche dans l'allée des soupirs. Rien à l'horizon. Ou est-il donc passé ? Tremblante mais déterminée, elle se hisse sur la pointe des pieds et sonne à la porte que tout le monde évite dans le quartier... celle de l'empailleur.

Lili, fillette courageuse et curieuse n'a pas d'autre choix que de partir à la recherche de son chat disparu Mimollo. Malheureusement, il semblerait que celui-ci ai emprunté l'allée des soupirs, sombre et inquiétante. En effet c'est dans ce quartier que les enfants rôdent et s'amusent à se faire peur en lançant leur ballon dans le jardin de la maison de l'empailleur. Elle n'a pas le choix. Elle doit s'aventurer dans la demeure du taxidermiste pour retrouver Mimollo...mais à la place elle découvre un petit garçon! 


Silhouettes d'animaux empaillés, jardin de ronces hautes et obscures, demeure aux fenêtres fermées, un homme bougon aux cheveux hirsutes...voilà notre Lili Pantouflette bien embêtée, toute emberlificotée dans une aventure qui fait (faussement) peur... Faut dire que la figure du taxidermiste fait froid dans le dos. Il semble méticuleux, calme et malin, tenant des ciseaux à la main, prêt à se ruer sur Lili. Mais les apparences sont parfois trompeuses. L'Allée des Soupirs m'a fait penser à l'Allée des Embrumes et au Chemin de Traverse dans Harry Potter. Je me suis donc ruée sur cet album aux illustrations désuètes et pleines de charme : le dessin de Léonore nous transporte dans un univers qui se veut sombre, angoissant mais les quelques pointes de couleurs et les tours de passe passe de Lili vont rendre l'ambiance plus british et amusante. Utilisant à la perfection l'aquarelle et le crayon noir, le côté brouillon type gribouillage apporte une nostalgie à l'ensemble et un côté rétro qui correspond bien à l'intrigue pleine de suspense de cet album. Une petite découverte sympathique et je vous rassure tout se finit bien!


Chez Lou et Hilde 

43, rue du Vieux-Cimetière - Tome 4 - Le fantôme hante toujours deux fois

Kate Klise

Albin Michel Jeunesse
Collection Witty
Illustré par M.Sarah Klise
Traduit de l'américain par Mickey Gaboriaud
Paru en Octobre 2013
150 pages
8,50 euros

Roman Junior à partir de 9 ans
Thèmes : Humour, Fantôme, Amitié

Quatrième de couverture :  Le trio du manoir Vranstock va bientôt devoir faire le deuil d’un de ses plus grands plaisirs : le courrier. Le bureau de poste de Livid City est sur le point de fermer et Ignace, Lester et Adèle seront bientôt coupés de tout contact avec leurs fans. Une nouvelle invention appelée "vexto", menace de remplacer non seulement les lettres, mais aussi les livres, les sèche-cheveux et même les portes de garages ! Le mystérieux propriétaire de la boîte postale n°5 pourra-t-il grâce à son plan sinistre (en apparence) sauver le bureau de poste ? Dans ce quatrième tome de 43, rue du vieux cimetière Lester et son nouvel ami Owen vont devoir résoudre un mystère… avant qu’il ne soit trop tard !

          Un évènement incroyable qui va changer les habitudes des habitants de Livid City est sur le point de se produire. Le courrier, le papier tel que nous le connaissons va disparaître. Autrement dit plus de lettres, plus de papier, plus de correspondances, plus de courriers, plus de timbres...c'est le deuil de la poste au grand désespoir du fantôme Adèle Vranstock! L'annonce du VEXTO menace ainsi de remplacer les livres...et qu'en serait-il des romans feuilletons d'Adèle, d'Ignace et de Lester ? Sans compter que ces derniers reçoivent des lettres de menaces venant d'un mystérieux inconnu de la boîte postale N°5. Le VEXTO est annoncé comme le messie de la télécommunication, un gadget ultra-moderne permettant de faire plusieurs choses à la fois, mais Justine Titlett la factrice ne semble pas convaincue par son ergonomie ni par son efficacité. Le ministre des postes et des télécommunications n'en démord pas : la poste fermera ses portes et sera détruite!

J'ai préféré cette intrigue à celle du dernier tome (Jusqu'à ce que la morsure nous sépare)  et je me suis régalée à retrouver l'ambiance so british, rigolote et sympathique de ce petit roman épistolaire joyeusement illustré. Bien que le courrier soit en voie de disparition, le roman est ici bourré de correspondances originales, d'articles de journaux, de dessins. Apparaissent des personnages originaux et farfelus qu'on adore : la jeune Wy, nièce du bibliothécaire a pour défi de vivre un mois sans son téléphone portable et le mystérieux fantôme qui hante les sous-sols de la poste. Ce tome apporte son lot de surprises et d'humour, ce qui nous rend cette série toujours aussi attachante avec un petit plus pour ce tome qui traite d'un sujet fort intéressant courrier versus technologie, écrit versus virtuel et lance le débat, très animé entre partisans de la modernité et conservateurs de la correspondance à l'ancienne. Je ne me suis pas ennuyée du tout et j'ai adoré les multiples rebondissements fantaisistes et atypiques : la disparition de la lettre "f", une grippe foudroyante qui frappe les enfants et l'allusion au Fantôme de l'opéra de Gaston Leroux. En résumé, une lecture distrayante, amusante et bien agréable.

Chez Lou et Hilde 

lundi 27 octobre 2014

JALOUSIE - Tome 1 - Liaison dangereuse

Sean Olin

Robert Laffont
Collection R
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Cécile Ardilly
Paru en Octobre 2014
341 pages
17,90 euros

Roman ados à partir de 14/15 ans
Thèmes : Romance, Thriller, Adolescence

Quatrième de couverture : Peut-être que si Lilah en était restée là, les choses se seraient passées différemment pour elle, pour Carter et pour Julie. Peut-être que Lilah aurait vécu avec Carter l'histoire d'amour dont elle avait toujours rêvé. Peut-être que Julie aurait surmonté sa passion passagère pour Carter en se livrant corps et âme à la danse, au chant et au théâtre... Il y a beaucoup de « peut-être » dans cette histoire, beaucoup de tournants aussi. Si Lilah, Carter ou Julie avaient emprunté un autre chemin, leurs vies n'auraient pas été bouleversées à ce point. Mais l'attention exclusive de Carter ne suffisait plus à Lilah. Il fallait aussi qu'elle élimine toute menace potentielle. Parce qu'un feu vorace brûlait en elle. Le feu de la jalousie consumant tout sur son passage... Quand la romance devient thriller.

Liaison dangereuse, nouvelle trilogie de la collection R de Robert Laffont a pour thème des romances adolescentes contemporaines, un couple différent pour chaque tome, sur fond d'amours contrariées, de jalousie maladive, de jeux dangereux et de secrets torrides... Le programme est prometteur et très alléchant, surtout que l'on ne peut s'empêcher de penser au classique Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos (roman de libertinage des moeurs).
 
Dans Jalousie, l'histoire se déroule à Dream Point, une station balnéaire de Floride, où nous rencontrons Carter et Lilah, qui se promettent un amour éternel et romantique. Quelques années ont passé et le couple est toujours ensemble, connaissant des heures noires notamment à cause de la dépression de Lilah. Lilah est souvent de mauvaise humeur et est très exigeante envers Carter qu'elle traite mal. Ce soir, ils se rendent à une grosse fête lycéenne et Lilah, de mauvaise foi, boit de trop, malgré les conseils de Carter. Elle lui fait une scène horrible et odieuse devant tous ses amis. Carter est hors de lui mais son caractère gentil, aimant, prévenant et attentif tempère la dispute. Plus tard dans la soirée, il rencontre la pétillante et drôle Julie. Elle est belle, intelligente, affirmée et plaît à Carter. Il ne devrait pas succomber pourtant ils jouent tout deux à un jeu dangereux, proche du flirt, laissant aller leurs envies... L'erreur commise, Carter, désemparé, souhaite prendre ses distances avec le comportement insupportable et excessif de Lilah...

Avec une intrigue certes captivante et prenante, Jalousie est cousu de fil blanc. Pourtant l'écriture de Sean Olin est addictive et efficace, pleine de suspense ou du moins, si comme moi, vous devinez les rebondissements, pleine d'intensité dramatique qui monte crescendo. En plus, l'intrigue se veut très scénaristique et on imagine aisément les scènes, le film qui se déroule avec l'inévitable issue. J'ai dévoré ce roman en 3 heures à peine, tellement j'étais prise entre frénésie et montée d'adrénaline. Plus que de la romance, on a affaire ici à un thriller d'enfer qui prend aux tripes : jalousie, vengeance, secrets. J'ai adoré ce côté addictif du thriller psychologique car Lilah va dépasser les limites, entraînant Julie et Carter dans une spirale infernale. Menaces, violences, vandalisme, coups bas...Lilah refuse de distinguer le bien du mal, laisse son esprit troublé prendre le pas sur la raison. Dès lors, on a peur, on tremble pour la sécurité de Julie, on a envie de rembarrer cette Lilah qui apparaît non pas comme une victime mais comme une fille méprisable et antipathique. 

Jalousie parle de sentiments exacerbés, d'émotions fortes et contradictoires, de point de non-retour, d'échappée exutoire et de troubles psychologiques qui malheureusement ne manquent pas de réalisme... les thèmes évoqués sont aussi des préoccupations qu'on trouve chez les ados : mal-être, regard des autres, difficultés de s'accepter, complexes physiques. Bref ce roman est une sacrée bonne surprise et a réussi son pari. C'est un excellent thriller, divertissant qui a une réelle emprise sur son lecteur. Impossible de le lâcher avant de savoir la fin tellement on frôle la crise de stress!!


Quant aux critiques qu'on a pu lire sur ce roman, il faut signaler deux trois choses. En tant qu'ancienne libraire jeunesse, j'ai veillé particulièrement à ne pas conseiller n'importe quoi aux adolescentes mais aussi à leurs parents. Je me souviens un jour d'une gamine de 11 ans qui voulait lire les Twilight. J'ai déconseillé à sa mère pour l'âge que la petite avait. J'ai dit que c'était une lecture à conseiller plutôt pour 14 ans et selon la maturité de l'adolescent. On s'émeut, on s'offusque du genre New Adult mais comme l'indique son nom, le New adult ne s'adresse pas à un public adolescent mais à un public pré-adulte et adulte soit à partir de 15/16 ans. Dans Jalousie, il y a quelques scènes hot mais il n'y a rien d'irrespectueux, ni d'érotique comme pourrait aussi le laisser penser la couverture du roman. C'est aussi très soft et il n'y a rien d'osé. Ce n'est pas plus sulfureux ou condamnable que ses séries TV pour jeunes ados. Je pense à Little Pretty Liars que je visionne actuellement. Et plutôt que condamner ou déconseiller un roman à un public, je pense qu'il faut le lire en entier pour être bien avisé et s'apercevoir qu'il n'y a pas plus de sexe dans Jalousie que dans n'importe lequel des romans Young Adults dont le thème est l'amour.


Les 100 - Tome 2 - 21ème jour

Kass Morgan

Robert Laffont
Collection R
Traduit de l'anglais par Fabien Le Roy
Paru en Octobre 2014
369 pages
17,90 euros

Roman ados dès 13 ans
Thèmes : Science-fiction, Terre, Humanité, Survie

Résumé de l'éditeur :  Cela fait vingt et un jours que les 100 ont posé le pied sur la Terre. Ils sont les premiers humains à fouler le sol depuis des siècles… C’est tout du moins ce qu’ils croient. Face à un ennemi invisible, Wells fait de son mieux pour garder le groupe soudé. Clarke part en expédition sur le mont Weather à la recherche d’autres Colons, tandis que Bellamy est déterminé à sauver sa soeur, quel que soit le prix à payer. Restée à bord du vaisseau en orbite, Glass se trouve confrontée au pire des choix imaginables entre l’amour de sa vie et la vie elle-même. Dans cette suite haletante du premier tome de la série Les 100 de Kass Morgan, des secrets vont être révélés, des certitudes bousculées et des relations mises à rude épreuve. Et les 100 vont devoir lutter pour survivre de la seule manière qui soit possible : ensemble.

" L'action prend le pas pour un roman où l'auteur a réussi une imbrication maîtrisée de dystopie, d'univers post-apocalyptique et de science-fiction. Tout s'enchaîne très vite et l'auteur nous tient en haleine. Amours, haines, luttes de pouvoir, secrets et trahisons, survie, chacun va devoir réapprendre à faire confiance. Dévoré d'un seul après-midi, c'est un coup de coeur puisque j'ai adoré le cadre, les enjeux de cet environnement. Peu habituée au genre SF que j'aime peu en général (tout comme le polar) j'ai été étonné. Les 100 a su me surprendre et me procurer une lecture coup de fouet très divertissante, sans aucun temps mort."

         La suite des 100 et d'une intrigue captivante ! J'avais hâte de retrouver Glass, Clarke, Bellamy et Wells qu'on avait laissé en danger à la fin du tome 1. Glass est restée à bord de la Colonie où rien ne va plus. Les Gardes sillonnent les vaisseaux, les passerelles sont inaccessibles. La population a deviné que l'issue serait fatale : les corps luttent pour s'en échapper. Déjà l'air manque. Glass et Luke tentent de rejoindre des capsules prévues pour retourner sur Terre. Clarke et Bellamy sont partis à la recherche d'Octavia, la soeur de Bellamy qui a été enlevé par un ennemi invisible : les Nés-Terre. Wells aide au campement des 100 où la tension monte après le meurtre d'Archer. Les groupes sont divisés et la colère de certains est difficile à contenir...

La découverte de nouveaux habitants sur Terre remet tout en question, notamment sur tout ce qu'on a dit à Wells et à Clarke. Il y a déjà eu des Colons qui sont venus sur Terre faire la même expérience que les 100. Les Nés-Terre ne semblent pas bien enclins à la survie des 100. Aussi le début du roman démarre fort, entre cris de panique, peur, angoisses et doutes. Wells ne cesse de s'interroger et Clarke repense à ses parents. La Terre est un lieu hostile, sur laquelle on peut respirer, certes, mais les préoccupations toxiques et nucléaires sont toujours là. Pourtant elle est tout aussi sauvage et dangereuse à cause d'un groupe menaçant. Alors lorsqu'une Née-Terre est capturée, le camp est en émoi et veut se venger de la mort de l'un des leurs. Wells et Clarke n'auront de cesse de protéger le seul moyen de trouver des réponses à leurs questions. 

Ce que j'aime particulièrement dans Les 100 c'est cette intrigue pleine d'humanité, ces personnages attachants que l'on suit, grâce à l'alternance des voix dans chaque chapitre. Dans un climat de tension, dans un environnement empreint à la science-fiction, l'auteure traite d'un sujet complexe et étonnamment réaliste : l'Autre ou comment composer avec la présence d'autrui qui lui aussi est doté d'intelligence, d'enjeux propres et de sentiments. Un autre que nous, qui est comme nous. L'intrigue des Nés-Terre, de l'ennemi caché, des premiers visiteurs rend la lecture intense et vibrante. Deux réalités s'affrontent et deux visions se confrontent, ça rend les choses plus compliquées et très intéressantes. D'un côté on a les 100 envoyés sur Terre pour "sauver l'humanité" et tout reconstruire sur une terre vierge, avec leur passé douloureux, leurs convictions d'une Terre pleine de grandeur. Puis il y a les Nés-Terre qui ont rêvé d'espace, d'étoiles et de galaxies, des survivants et de leurs vaisseaux. 

L'auteur approfondi son univers fait d'aventures, de révélations et de rebondissements autour du thème de la survie mais pas seulement. Si j'ai moins aimé la partie concernant Glass (parce que prévisible, ce qui a d'ailleurs gâcher mon plaisir de la fin... que j'avais réussi à deviner) j'ai adoré toutes les séquences sur Terre, portées par des personnages attachants, sensibles, aux émotions fortes. L'auteur sait nous tenir en haleine et le rythme rapide est addictif, apportant à son intrigue quelque chose de particulier et de profond. J'aime toujours autant même si ce deuxième tome n'est pas un coup de coeur, cette série reste fascinante pour cet univers unique et original.
 

ONIRIA - Tome 1 - Le Royaume des Rêves

B.F. Parry

Hachette Jeunesse
Hildegarde
Paru en Octobre 2014
320 pages
16,50 euros

Roman ados dès 12 ans
Thèmes : Aventure, Fantastique, Rêve

Quatrième de couverture : "Il existe un monde dont personne ne soupçonne l'existence. Un pays où chacun de nous se rend pourtant chaque nuit. Un univers où tout est possible. ONIRIA, le Royaume des Rêves. Seul un Envoyé venu du monde des humains peut sauver Oniria des troubles qui le menacent. Il s'appelle Eliott. Et il a douze ans."


      
           Eliott, 12 ans vit à Paris avec sa belle-mère et ses deux soeurs jumelles. Son père est hospitalisé, victime de cauchemars troublants, il est tombé dans un profond coma. Alors que sa belle-mère décide d'abandonner son père à son sort et d'accepter une nouvelle vie à Londres, Eliott, abattu, révolté est épuisé par les circonstances. C'est alors que sa grand-mère lui confie un secret sous la forme d'un pendentif sablier. Ce sablier magique permettrait à Eliott d'entrer dans Oniria, un monde fantastique et merveilleux, celui des Rêves et des Cauchemars. Un monde où prend vie toutes les formes d'imagination, y compris celle d'Eliott qui se découvre de nouveaux pouvoirs. Peuplé de personnages hallucinants, de choses folles et fantastiques, de dragons effrayants, d'une Reine, Oniria est crée par l'imagination des humains. Chaque nuit, Eliott voyage dans ce monde incroyable, espérant trouver le moyen de guérir son père. Car Eliott est un Créateur doué pouvant faire apparaître tout ce qu'il souhaite. Dès lors, pour la Reine et pour Oniria, il est "L'envoyé" pouvant sauver à la fois son père de son étrange et mystérieux sommeil ainsi que ce monde, frappé par la révolution sanglante des cauchemars...

Je le savais avant même de le commencer et j'étais vraiment impatiente de découvrir cette nouvelle série jeunesse. Oniria, le royaume des Rêves et des Cauchemars est un monde d'aventures, réservant plein de surprises mais aussi multipliant les dangers et la dictature du CRAMO, sorte de milice qui traque les cauchemars et les Créateurs. Respectant les codes du roman d'initiation fantastique, Oniria commence par la présentation d'un jeune héros qui a une vie ordinaire, pas toujours facile. Il a des soucis à l'école et ses problèmes familiaux le pèsent énormément. Son père est plongé dans un mystérieux sommeil et les médecins ne peuvent rien faire. Sa belle-mère l'abandonne à son sort. Eliott, privé d'amour, d'affection et de soutien trouve son seul réconfort auprès de sa grand-mère. Leur relation est forte et touchante. Lorsqu'un jour, elle lui dévoile son fabuleux destin... 

On retrouve beaucoup d'ingrédients intéressants du récit fantastique : héros attachant, quête d'apprentissage, univers nouveau et onirique, suspense, humour et magie, personnages fantaisistes hauts en couleurs, enjeux familiaux. De fait ce qu'il y a de plaisant dans cette lecture ce sont les multiples références littéraires, proches des univers imaginaires déjà lus alors qu'Oniria garde son originalité. L'auteur va au-delà du clivage rêve/cauchemar et invente un monde intelligent, fait de découvertes, loin d'être manichéen. La magie bien qu'omniprésente dans Oniria, n'est pas synonyme d'utopie. Au contraire, Oniria est un monde illusionné où l'on retrouve bon nombre de travers : manipulation, autoritarisme, mensonge, guerre. Révélations, mystères, action et rebondissements, l'univers est foisonnant, dense et pose beaucoup de questions, tout comme Eliott qui avance à tâtons. On découvre avec lui tout le pouvoir imaginaire que recèle Oniria : ses règles, les Mages, les Créateurs, le Marchand de Sable... 

Si on connaît bien les ingrédients d'un tel registre, l'histoire simple d'apparence classique reste superbement écrite, plume fluide et efficace, avec de jolies descriptions. On imagine les couleurs, les lieux et les décors. Le récit est bien rythmé. Un premier tome qui démarre fort avec un bon potentiel. A suivre le tome 2 : Le Disparu d'Oza-Gora.


INTREPIDE - Tome 3 - Thoughtless

S.C. Stephens

Hugo & Cie
Collection Hugo Roman/ New Romance
Traduit de l'anglais par Typhaine Ducellier
Paru en Septembre 2014
554 pages
17 euros

Genre : New Adult/ Romance

Quatrième de couverture :  Suite et fin de a serie phénomène de C. S. Stephens, et des aventures du couple désormais mythique : Kiera et Kellan.  Les D-Bags vivent une véritable success story qui ne va pas sans causer des problèmes dans la vie de couple du si sexy chanteur du groupe.  L'amour de Kiera et Kellan pourra-t-il resister aux pressions constantes que leur inflige le star système ?  Un producteur plus ou moins véreux, une ancienne pop star qui cherche à utiliser leur célébrité et des médias qui relayent de fausses rumeurs : autant d'obstacles qu'ils devront traverser ensemble. Déstabilisés dans ce nouveau monde fait de luxe, de pièges et d'illusions, ils pourront heureusement compter sur l'amitié indestructible et les liens quasi familiaux qu'ils ont crées avec les autres membres du groupe qui les aideront à traverser ce raz de marée médiatique, face au poids du succès, l'épreuve de la maturité s'annonce très périlleuse. Y parviendront-ils ?


                 La trilogie Thoughtless se termine enfin après de nombreux rebondissements. Dans ce dernier opus, la voix de la sagesse domine et les disputes entre Kellan et Kiera sont moins sulfureuses. On ressent toute la tendresse, la confiance et la fidélité qu'il y a dans ce couple. Kellan est devenu une rock star, convoité par le business et le marketing commercial avec lequel il n'est pas toujours d'accord. Kiera a pris la décision d'accompagner le groupe dans leur tournée, au désespoir de ses parents. Mais sa volonté, sa détermination montrent à quel point elle sait où elle va et ce qu'elle veut. Ils devront traverser des épreuves notamment les mensonges, les coups fourrés orchestrés par un producteur peu scrupuleux et une pop star sulfureuse. Le premier tome INDECISE a été une véritable bombe émotionnelle. Séduite, emballée, captivée, les deux premiers tomes m'ont beaucoup plus avec un coup de coeur pour le premier. Dans Intrépide, les choses se tassent. Il y a des longueurs inutiles mais qui participent à une atmosphère, à une intimité. Ce tome est beaucoup plus calme et serein, parce que les personnages sont posés, plus matures. Les menaces qui pesaient alors sur le couple sont désormais loin, malgré quelques soubresauts. On est loin des disputes dramatiques, des remises en cause existentielles du premier tome. Kiera et Kellan ont officialisé leur union. Ils se disent "mariés" et sont soudés dans leurs choix. 

Kiera a beaucoup évolué psychologiquement. Elle s'en prend pourtant plein les yeux : jalousie des fans, fausses rumeurs, violences verbales...Elle est extrêmement attachante dans sa manière de gérer les difficultés. Moins de densité affective donc même si j'ai ressenti beaucoup de sentiments, notamment autour des D-Bags, de leurs liens, de l'humour de Griffin, son côté attendrissant face à une Anna enceinte, le poids de la famille et leur soutien. Sérénité, famille, avenir sont les maîtres mots de la relation qui unit Kiera et Kellan. Une relation qui a grandi. Pour le coup le lecteur est moins emballé parce qu'il y a moins de suspense, moins d'intrigue amoureuse, moins d'adrénaline. La relation de Kiera et Kellan est bien ancrée, stable et forte. La conclusion à cette saga est positive : un premier tome du tonnerre, une relation affective captivante, une histoire de vie et d'amour forte et prenante. Je ressors de cette série très satisfaite même si le happy end m'a paru un brin gnan gnan et guimauve, proche des meilleures comédies romantiques, je ne boude pas mon plaisir d'avoir suivi les aventures de Kiera et Kellan. Ils resteront un couple mythique du genre New Adult, un couple atypique, à l'histoire charismatique et magnifique, qu'on est pas prêtes d'oublier!


Merci à Babelio (opération Masse Critique ) et à Hugo & Cie.
Mon avis sur Indécise Tome 1
Mon avis sur Insatiable Tome 2

vendredi 24 octobre 2014

Détectives de père en fils - Tome 1

Rohan Gavin

Gallimard Jeunesse
Traduit de l'anglais par Anne Krief
Paru en Octobre 2014
400 pages
17,50 euros

Roman ados dès 12 ans
Thèmes : Enquête, Aventure, Famille, Humour

Quatrième de couverture : Darkus est un garçon de treize ans tout à fait comme les autres - mis à part son cerveau hors norme, son chapeau en tweed, les dossiers top secret cachés dans sa chambre et... son père, le détective Alan Kingsley. Spécialiste des affaires inexplicables, Alan est plongé dans un coma hypnotique depuis quatre ans. À son réveil, il va avoir besoin du remarquable esprit de déduction de Darkus pour affronter le plus déroutant des mystères : un livre peut-il pousser ses lecteurs à commettre des crimes ? Une famille soudée et excentrique aux commandes, du suspense et des rebondissements... Une enquête prenante qui revisite le genre du thriller avec un humour décalé.

Tout commence dans une librairie londonienne : un adolescent feuillète un livre d'épanouissement personnel nommé Le Code. Victime d'une effrayante hallucination (il voit sortir du livre un scorpion puis des milliers d'insectes grouillants qui l'attaquent). Au même moment, Alan Kingsley, grand détective se réveille après 4 ans de coma hypnotique. Il découvre que son fils Darkus âgé de 13 ans a hérité de son même esprit de logique et de déduction. Père et fils vont alors enquêter sur le mystère qui entoure Le Code. Ce livre semble jouer sur les peurs intimes des lecteurs. Mais comment un livre peut-il avoir tant d'emprise et de pouvoir, allant jusqu'à pousser au meurtre?

Richement inspiré par les récits de détectives de Scotland Yard, et par toutes formes de complots, le premier tome de Détectives de père en fils renouvelle le genre du thriller et du polar à la Conan Doyle. Mêlant habilement rebondissements, suspense et pointe de fantastique avec Le Code, ce roman pose les bases d'une intrigue alléchante : un auteur introuvable, un éditeur suspect, une organisation secrète, infiltrée partout. L'affaire semble compliquée mais Darkus, héros courageux et intelligent est là pour nous réserver des surprises. Il y a aussi une belle relation père-fils faite de sentiments réalistes, attendrissants : la frustration, la complicité, l'admiration. L'enquête est prenante et surtout on aime le lien surnaturel livre/enquête, livre/lecteur/, lecteur/crime dans une ambiance british. L'écriture de Rohan Gavin est pleine d'humour décalé, de comique et de théories déjantées ainsi que de personnages aussi réjouissants que farfelus...Le premier tome d'une nouvelle série à suivre.


L'île au trésor - Collection Bibliothèque Gallimard Jeunesse

Robert Louis Stevenson

Gallimard Jeunesse
Collection Bibliothèque
Traduit de l'anglais par Jacques Papy
Illustré par François Place
Préface d'Anne-Laure Bondoux
Paru en Octobre 2014
384 pages
18,90 euros

Roman ados dès 11 ans
Thèmes : Classique, Aventure, Piraterie

Quatrième de couverture : Tout va changer dans la vie du jeune Jim Hawkins le jour où le «capitaine», un vieux forban taciturne et grand amateur de rhum, s'installe dans l'auberge de ses parents, à «L'Amiral Benbow». Jim comprend vite que cet étranger n'est pas un client ordinaire. En effet, lorsqu'un effrayant aveugle frappe à la porte de l'auberge isolée, apportant au marin la tache noire symbole des pirates et synonyme de mort, la chasse au trésor a déjà commencé !

L'île au trésor, un classique incontournable de la littérature anglo-saxonne : pirates, carte au trésor, île, aventures, mer... Roman de flibusterie animé, on suit les aventures du jeune Jim Hawkins. Sa vie bascule le jour où il rencontre un marin ivrogne, venu s'installer dans l'auberge tenue par ses parents. Une nuit, des pirates attaquent l'auberge. Jim s'enfuit...avec un secret important. Il détient la carte d'une île où se cache un fabuleux trésor. 
Un classique de la littérature réédité dans une collection superbe, avec les illustrations majestueuses de François Place. La couverture est sublime : jaquette veloutée, beau papier, une préface inédite par Anne-Laure Bondoux! Les illustrations de François Place sont copieuses : il sait conjuguer réalisme et sens de la perspective. Un titre de plus dans cette cette superbe collection à la fois élégante, soignée et moderne.


Bibliothèque Gallimard Jeunesse

La collection de référence de la littérature pour la jeunesse, bibliothèque idéale et moderne de l'enfance. «Matilda», «Les aventures de Kamo», «Harry Potter à l'école des sorciers», «La sorcière de la rue Mouffetard»... Des textes prestigieux, patrimoniaux ou contemporains, mais toujours accessibles aux enfants, et préfacés par des auteurs de renom.

jeudi 23 octobre 2014

Mon ami le zombie

Texte de Vincent Malone
Illustrations de Miré

Seuil Jeunesse
Collection L'ours qui pète
Paru en Août 2014
64 pages
13,50 euros

Album Jeunesse dès 6 ans
Thèmes : Amitié, Zombie, Humour


Présentation de l'éditeur :  «Petit, j’étais souvent triste. Je restais assis, des heures, des jours, tout seul, comme ça... À me raconter des histoires. Des histoires de zombies. J’écoutais bien les bruits (les zombies essaient toujours de te manger par surprise). Mais je n’ai rien entendu du tout avant mon zombie. Mon zombie est tombé, pouf, juste à côté de moi... Et ça m’a bien surpris !»


Mon ami le zombie m'a tout de suite attiré parce que ce n'est pas commun une histoire d'amitié entre un zombie et un humain. On assiste à la rencontre étonnante dans une forêt, d'un petit garçon solitaire et d'un zombie...tout aussi solitaire qui voyant l'enfant commence à faire des "GRRR GRRR" tendant ses longs bras et bavant d'avance en voyant son futur repas. La première réaction du garçon est de fuir, bien entendu, c'est la solution la plus sage. Mais il réfléchit et se ravise. Il propose au zombie son goûter et l'incite à le suivre. Une curieuse histoire d'amitié se profile : le garçon essaie de rassasier l'appétit du zombie, mais difficile, après avoir sacrifié des vaches, des oiseaux, des moutons, des cochons et tous les animaux alentours, de satisfaire les goûts de ce mort-vivant titubant. Et ce n'est plus un zombie mais toute une file qu'il ramène à la maison, à la nuit tombée... Le garçon est bien embêté. Un zombie enfermé à la maison n'est pas courant et peut s'avérer dangereux surtout qu'il croque tout, objets comme nourriture! Le garçon a surtout peur que le zombie s'ennuie et ne finisse par le laisser. Cet album jouant sur l'auto-dérision et l'humour décalé est drôle et attendrissant parce qu'il évoque le sentiment d'abandon et de solitude. Oui oui, même s'il est question d'un zombie sans âme sans conscience qui dévore tout ce qu'il trouve et assoiffé de chair fraîche, c'est une histoire amusante et sympathique qui fera sourire ou choquera pour son côté sanglant. Certains veulent un chien, un chat...et pourquoi pas un zombie comme animal de compagnie? 


Un carnet de croquis (de survie!!) et d'observations dessinées par le héros donne des informations précieuses et humoristiques sur comment entretenir une telle amitié atypique et originale, un mode d'emploi sur les zombies. On ne peut que mordre à l'hameçon tellement les illustrations sont belles et réussies, avec ce dégradé de vert et de marron, le tout est apprécié dans un beau format à l'italienne. C'est un album chouette, drôle ou effrayant mais toujours avec une touche de sensibilité et de tendresse qui rend cette amitié si attachante! J'ai beaucoup aimé, surtout parce qu'on sort des traditionnels monstres, sorcières, ogres et fantômes. Le zombie a le mérite d'apporter quelque chose de nouveau et de comique. A dévorer!


 
 Chez Lou & Hilde