mercredi 1 avril 2015

Les mésaventures de Noisette

Chris Van Allsburg

L'Ecole des Loisirs
Traduit de l'anglais par Isabelle Reinharez
Paru en Mars 2015
30 pages
13,20 euros

Album Jeunesse dès 5 ans
Thèmes : Animal, Aventure, Hamster

Résumé de l'éditeur :  Un hamster est censé passer sa vie en cage. Cette existence monotone offre des consolations : nourriture régulière, câlins, mots doux, chauffage, présence humaine. Noisette, lui, ne connaissait presque aucun de ces bonheurs simples. Acheté, gavé, abandonné, vite revendu, délaissé, agressé par un chien, déguisé, cloîtré dans une balle transparente…Son existence était un cauchemar, un défilé d'enfants cruels, égoïstes et indifférents. Jusqu'au jour où il décida de tout changer, pour devenir le plus heureux des écureuils sans queue.

J'ai craqué pour la couverture pleine de rebondissements et le titre évocateur : Les mésaventures de Noisette...il me faisait sourire ce pauvre hamster paniqué dans sa robe! Le titre veut tout dire et on imagine d'emblée les péripéties de ce petit hamster malchanceux. Pour sûr de la malchance il va en avoir. Dernier adopté d'une animalerie, une petite fille l'embarque et en fait son nouvel animal préféré. Très vite, elle le délaisse et comme il s'ennuie, Noisette s'empiffre. Abandonné au profit d'un garçon, Noisette va connaître ses plus grands cauchemars en la présence terrifiante d'un dénommé Bunster...un chien agressif qui aboie et secoue sa cage dès qu'il voit la bestiole apeurée. Déprimé, il sera vite revendu à une petite fille égoïste et cruelle qui va le déguiser avec une robe rose. Mais ce n'est pas au goût de Noisette qui ne comprend pas les règles de bienséance dans une maison de poupée!!! Pour le punir, elle va l'enfermer dans une boule transparente et le faire rouler, rouler...Noisette échappe de peu à l'écrabouillage et atterrit dans un coin d'herbe. Délaissé et livré à son sort, un groupe d'enfants le récupère et l'emmène à l'école...mais l'histoire de Noisette est loin d'être terminée!

Un animal de compagnie a besoin d'affection, de câlins, de soins. Certes le hamster reste en cage, normalement protégé et choyé, dans un foyer chaleureux et doux. Malheureusement l'histoire de Noisette est tout le contraire et on a beaucoup de peine pour lui, si bien, que malgré l'humour sous-jacent, il y a un pincement au coeur. Cet album est nécessaire pour montrer aux enfants qui désirent un animal de compagnie que c'est une responsabilité. Dans cet album les enfants sont cruels, méchants, inconscients, il maltraite le hamster et le considère comme un objet. Dès qu'ils n'en veulent plus, ils s'en désintéressent et s'en débarrassent, sans aucune pitié, ni sentiments...c'est affligeant, révoltant. De fait, on se prend vite d'affection pour la bouille attachante de Noisette.

Je trouve cet album intelligent et le propos est très important : il s'agit de montrer aux enfants qu'un animal de compagnie n'est pas un jouet qu'on peut balancer dès qu'on en veut plus.

Heureusement tout finit plutôt bien, avec une joyeuse note d'humour et de liberté. Les illustrations sont réussies. On a pas l'habitude de ces couleurs un peu jaunies. Les dessins ont un côté rétro, ancien, classique...très charmant! A découvrir!



Papa sur la lune

Adrien Albert

L'Ecole des Loisirs
Parution en Avril 2015
36 pages
12,70 euros

Album Jeunesse dès 5 ans
Thèmes : Famille, Voyage, Espace

Aujourd'hui, la petite Mona part chez son papa. Maman a tout préparé pour le voyage : la fusée, la capsule et le vaisseau. Paré au décollage! Mona est prête et toute excitée! Ce n'est pas banal d'avoir un papa qui vit sur la Lune! Hop c'est parti...la fusée décolle et quitte la surface de la Terre. Dans l'espace Mona flotte. Puis arrivée sur la station orbitale de son papa, tout redevient normal comme sur Terre. Elle joue, se lave, mange, dort et même le moment qu'elle préfère c'est observer maman sur Terre avec la lunette astronomique. Oh mais il est déjà l'heure de rentrer!


Papa sur la Lune c'est un album rigolo car l'histoire est plutôt sympathique et pleine de promesses! Une maman sur Terre, un papa sur la Lune, deux maisons...ce serait chouette de pouvoir faire la navette entre l'un et l'autre. Et pourquoi pas? Cet album nous raconte les moments passés sur la Lune d'une petite Mona toute heureuse et pleine de joie. C'est l'occasion également de parler de l'espace, de la fusée, des planètes...autant de choses sur l'Univers qui fascine les enfants. L'originalité de l'album c'est son côté BD avec un mélange de texte en bas des illustrations et des bulles de dialogues à l'intérieur des dessins. Ca dynamise l'ensemble et il y a un côté comics américain que j'aime beaucoup. J'aime aussi les couleurs "pop art" qui apportent beaucoup de gaieté à l'album, car l'histoire se veut réjouissante. Beaucoup de tendresse se dégage des moments partagés avec le papa, des petites attentions du papa envers sa femme, et de la surprise que réserve la maman de Mona pour son retour...Très sympa comme album pour son aspect attractif !

mardi 31 mars 2015

Le soleil est pour toi ♥ ♥ ♥

Jandy Nelson

Gallimard Jeunesse
Collection Scripto
Traduit de l'anglais par Nathalie Peronny
Paru en Mars 2015
480 pages
15,90 euros

Roman ados dès 13 ans
Thèmes : Deuil, Amour, Art, Fraternité, Famille

Quatrième de couverture : Noah et Jude sont plus que frère et soeur, ils sont jumeaux, fusionnels. Sous le ciel bleu de Californie, Noah, le solitaire, dessine constamment et tombe amoureux de Brian, le garçon magnétique qui habite à côté. Tandis que Jude, l'exubérante, la casse-cou, est passionnée par la sculpture. Mais aujourd'hui, ils ont seize ans et ne se parlent plus. Un événement dramatique les a anéantis et leurs chemins se sont séparés. Jusqu'à ce que Jude rencontre un beau garçon, écorché et insaisissable, ainsi que son mentor, un célèbre sculpteur... Chacun des deux jumeaux doit retrouver la moitié de vérité qui lui manque. Un livre superbe, lumineux, bouleversant, où s'entremêlent, comme dans la vie, la tristesse et la joie, et qui déborde de romantisme et de passion.
A propos de l'auteur :  Jandy Nelson est agent littéraire en littérature adulte. Elle a, par ailleurs, été productrice de films, et dramaturge, et a publié des recueils de poésie. Passionnée de littérature et de musique, elle est aussi amoureuse de la France ! Son premier roman, LE CIEL EST PARTOUT, est un succès international et va prochainement être adapté au cinéma. LE SOLEIL EST POUR TOI a été sélectionné «meilleur livre de l'année» par de nombreuses rédactions aux Etats-Unis et a remporté le très prestigieux prix littéraire américain : la Printz Medal. Elle vit en Californie, à San Francisco.

A propos de son 1er roman Le ciel est partout : "Un premier roman réussi, qui fait honneur à la littérature et qui célèbre la vie dans toute son intensité et sa violence. Le ciel est partout est de toute beauté, tant par la musique qui s'en dégage que par les mots au naturel. Un de ceux qui parle au coeur...Je le referme le coeur serré, empli de souvenirs, et pourtant... je souris."
  

               Noah et Jude, frères et soeurs jumeaux sont proches et inséparables. Leur enfance est heureuse, au bord de l'océan en Californie. Vient les débuts de l'adolescence et chacun prend son envol dans des voies différentes. Noah, solitaire et réservé, dessine constamment, découvre son homosexualité et vit ses premiers débats affectifs avec son voisin Brian. Jude est téméraire et casse-cou. Elle plonge du haut des falaises, est attirée par les garçons avec qui elle fricote et porte du rouge à lèvres. Pourtant quelque chose unit encore le frère et la soeur : l'art. Si Noah dessine, Jude n'est pas en reste avec ses femmes de sable sculptées. Leur mère les pousse à s'inscrire dans une école d'art et organise un grand marathon dans les musées. Elle semble subjuguée par le talent de son fils et ne remarque pas la détresse de sa fille. Les jumeaux vont s'acharner, se disputer l'amour de leur mère à coups de secrets, de faux pas, de trahisons. Trois ans plus tard, Jude et Noah ne se parlent plus. Un évènement dramatique les a séparés, ils sont détruits, dévastés, perdus. Que s'est-il passé ? Alors que Noah était réservé, il est devenu populaire, joue au casse-cou, organise des fêtes. Quant à Jude, si extravertie, s'est refermée sur elle-même et se concentre sur la sculpture. Pourquoi ont-ils changé de personnalité ? Comment retrouver cette complicité si constructive, si essentielle ? Un jour, Jude rencontre un curieux photographe, un garçon canon tourmenté et insaisissable...

" Pour se réconcilier avec un membre de sa famille, tenir un bol sous la pluie jusqu'à ce qu'il soit rempli, puis boire l'eau de pluie dès que le soleil revient " 

Gros coup de coeur renouvelé pour la sensibilité et l'authenticité de Jandy Nelson. Quelle expérience de lecture enrichissante et émouvante! J'ai trouvé ce roman encore mieux construit et plus foisonnant que Le ciel est partout. On retrouve les thèmes de la fraternité/sororité et celui du deuil à travers la présence des deux jumeaux. Au début inséparables, on voit comment leur complicité leur échappe, insidieusement, dans l'impuissance la plus totale et la plus injuste qui soit : celle de l'amour d'une mère qui parfois privilégie l'un au détriment des sentiments de l'autre. Jalousies, incompréhensions, détresse, tristesse, chagrin, colère et révolte s'imbriquent, s'emmêlent pour créer une histoire bouleversante, plusieurs histoires en fait. Il y a l'histoire de Noah, de sa relation avec Brian. Il y a l'histoire de Jude, de son évolution en tant qu'adolescente et jeune femme. Il y a leurs histoires d'art, leur relation particulière et unique pour le dessin, pour la sculpture. Il y a l'histoire de leurs parents, de leur séparation, de leurs secrets. Il y a l'histoire de leur rivalité pour gagner l'affection de leur mère et intégrer l'école d'art, rivalité pour capter l'attention de leurs parents. Il y a l'histoire de Jude qui rencontre son mentor ; ce mentor qui lui aussi a une histoire, une tragédie qui l'a anéanti...et tout est lié grâce à un récit maîtrisé, subtil, habile, alternant plusieurs aller-retours chronologiques, alternant les voix des personnages (celle de Noah à 13 ans et celle de Jude à 16 ans) qui vont révéler des secrets, soulagés des peines, des tensions et délivrer des coeurs brisés. 

L'écriture de Jandy Nelson est miraculeuse et d'une justesse qui vous coupe le souffle : elle nous transporte, elle nous envoûte dans un tourbillon de sensations, nous fait vibrer d'espoir, d'émotions. A la fois nostalgique et lumineux, son récit est unique et nous parle des déchirements familiaux, des drames, de l'amour, du désir, de la culpabilité, des regrets, du pardon...puis ce lien avec l'histoire de l'art, avec l'art en général comme moyen d'expiation, comme outil d'exaltation et de passion, comme liberté d'expression. Les deux héros vont chercher la guérison. Jandy Nelson distille une part de fantaisie et de magie grâce à la présence des défunts, la grand-mère encourage sa petite-fille, lui prodigue conseils et maximes alors que Jude ressent la colère du fantôme de sa mère qui se manifeste en détruisant toutes ses oeuvres! 

J'ai rarement lu une histoire aussi vivante dans laquelle les vivants côtoient les morts, s'inspirent de superstitions pour continuer à avancer...puis ce fil conducteur qu'est l'art est tellement original, symbolique, porteur de sens. L'art apporte cette fantaisie, cette sensibilité, cette couleur, cette créativité à des sujets pourtant forts et graves. Une lecture singulière qui fait du bien!
♥ ♥ ♥

lundi 30 mars 2015

Barri cherche son doudou

Marc Clamens

Hatier Jeunesse
Collection Barri
Paru en Mars 2015
8 pages
8,95 euros

Album Eveil dès 12 mois
Thèmes : Doudou, Petite enfance, Jouets

Barri est un petit éléphant tout mignon qui nous invite chez lui, à la recherche de son doudou. Il le cherche de partout : derrière la chaise, sous le tapis, dans le coffre à jouets...il trouve une voiture, un téléphone et son ourson. Mais où est-passé son doudou tout doux?! Barri cherche son doudou c'est un livre-puzzle tout carton, trop joli grâce aux illustrations rondelettes et enfantines. C'est très visuel et ça capte le regard de bébé qui est d'emblée attiré par les couleurs franches et contrastées : la figurine noire de Barri se détache bien du reste des autres couleurs jaune, rouge, bleu, rose. Marc Clamens propose un album très graphique avec un personnage affectif que les bébés vont vite adorer. Les pièces détachables sont excellentes pour apprendre et découvrir les formes, s'amuser à les remettre en place pour développer la motricité fine des jeunes enfants. Et le doudou à la fin est en matière à toucher afin de développer les sens de bébé! Pour allier logique, concentration et observation, cette collection est idéale et Timothée l'a déjà adopté!




dimanche 29 mars 2015

The Fine Art of Pretending

Rachel Harris

Spencer Hill Press
Paru en Septembre 2014
296 pages
9,52 euros sur Book Depository

Roman ados dès 14 ans
Thèmes : Adolescence, Romance contemporaine, YA

Quatrième de couverture :  According to the guys at Fairfield Academy, there are two types of girls: the kind you hook up with, and the kind you're friends with. Seventeen-year-old Alyssa Reed is the second type. And she hates it. With just one year left to change her rank, she devises a plan to become the first type by homecoming, and she sets her sights on the perfect date-Justin Carter, Fairfield Academy's biggest hottie and most notorious player. With 57 days until the dance, Aly launches Operation Sex Appeal and sheds her tomboy image. The only thing left is for Justin actually to notice her. Enter best friend Brandon Taylor, the school's second biggest hottie, and now Aly's pretend boyfriend. With his help, elevating from funny friend to tempting vixen is only a matter of time. But when everything goes according to plan, the inevitable break up leaves their friendship in shambles, and Aly and Brandon with feelings they can't explain. And the fake couple discovers pretending can sometimes cost you the one thing you never expected to want.

4ème lecture VO, 1er flop!...j'ai craqué pour la très jolie couverture de The Fine Art of Pretending...en plus avec un titre aussi cute, c'était forcé que cela allait me plaire. En plus, j'étais super contente car c'est aussi ma première LC en VO avec une blogueuse que j'adore : Géraldine de Mirrorcle World.

Mon enthousiasme est vite retombé dès les premières pages car la lecture en anglais est difficile. Je m'explique : à chaque nouveau roman commencé en VO les deux premiers chapitres sont difficiles. On entre dans l'univers, on doit se familiariser avec le style, la syntaxe, la grammaire en anglais de l'auteur, avec sa particularité littéraire. Là ce n'est pas passé. Rachel Harris utilise des expressions ciblées, sans doute aussi très actuelles, populaires et dans le jargon des jeunes américains ; si bien que parfois j'ai eu beaucoup de mal. Le style de l'auteur n'a rien de magique, d'affectueux, d'attachant et de mignon...alors l'intrigue s'en ressent et les personnages aussi. 

Je ne vais pas être très élogieuse mais en gros l'idée du roman c'est qu'Alyssa Reed a toujours été classé dans la catégorie des filles avec lesquelles on ne couche pas. Autrement dit c'est une "Commitment", comprenez une fille qui veut une relation amoureuse stable et durable, qui veut s'engager. Et elle en a marre. Elle veut que cela change et que les garçons les plus populaires de Fairfield Academy la voit comme une "Casual" à savoir une fille occasionnelle, facile, avec laquelle on peut juste coucher sans prise de tête. Pour cela, avec ses amies, Aly a décidé de lancer l'Opération Sex Appeal qui débute par une nouvelle garde robe aussi dénudée que provocante, aussi sexy qu'allumeuse. Elle a jeté son dévolu sur Justin, LE mec du lycée alors qu'elle ne voit pas que son meilleur ami Brandon pourrait avoir des sentiments pour elle...

Pendant tout le roman ça tourne autour de ça...passez les dialogues futiles sur la mode vestimentaire, les critères pour être une fille facile, des questionnements inutiles sur l'identité, des soirées entre jeunes, des jeux du style Action ou vérité, une fausse relation affective avec Brandon pour tenter de montrer Aly sous un autre jour...pfiou c'est bourré de clichés, de stéréotypes. L'auteur essaie de distiller une part plus tendre, plus profonde en évoquant les sentiments de Brandon, du décès de son père mais là encore ça manque de subtilité, de contenance et de sensibilité. En plus Brandon souhaite qu'Aly se rende compte de qui elle est vraiment et arrête de jouer à faire semblant d'être une fille qu'elle n'est pas...mais il le fait pour des raisons incohérentes. 

Bref c'est une déception : le roman est superficiel, creux, parfois inintéressant. Le message est d'autant plus choquant qu'il insinue qu'il faudrait s'habiller comme une p*** pour se faire remarquer et aimer de la gente masculine! Cela ne donne pas une très belle image des jeunes filles et de la femme en général. Même si l'auteur veut nous dire qu'il n'y a pas besoin de faire semblant d'être quelqu'un d'autre, de changer pour s'apprécier à sa juste valeur, c'est fait de manière maladroite, sans aucun charme. Il faut être conscient de qui on est et s'aimer tel qu'on est. Le message aurait pu être beau : prendre confiance en soi et avoir l'estime de soi peuvent conduire naturellement à l'amour du moment qu'on se respecte.
C'est fort dommage car avec un titre et une couverture aussi jolie...on s'attendait à beaucoup mieux. Du reste la fin pourrait rattraper le tout...c'est mignon, long, attendu et convenu. Un roman sans réelle surprise! Sniff!

L'avis de ma binôme sur cette LC : Mirrorcle World.
Promis Géraldine, la prochaine fois notre LC sera sensationnelle!!

vendredi 27 mars 2015

Coucou ! Les maisons des animaux - Au zoo ♥ ♥ ♥

Illustrations Simona Dimitri
Texte Anna Milbourne

Editions Usborne
Série Coucou!
Traduction Renée Chaspoul
et Claire Lefebve
Paru en Avril 2014
14 pages
7,95 euros l'un

Album Jeunesse moins de 2 ans
Thèmes : Animaux, Rabats, Eveil

4ème de couverture : Regarde à l'intérieur des terriers et des ruches, au sommet des arbres et même sous la mer, et tu y trouveras toutes sortes d'animaux et leurs maisons.

Glisse un oeil sous les feuilles et derrière les portes du zoo, et découvre des perroquets bavards, des singes espiègles, de grandes girafes et de nombreux autres animaux.

 ♥ ♥ ♥

Voici deux nouveaux titres de la collection Coucou! des éditions Usborne. Et je peux vous le dire, je les adore! J'avais eu le gros coup de coeur pour La nuit... et ce coup de coeur est encore au rendez-vous pour Les maisons des animaux et Au zoo. Le thème commun des deux albums c'est les animaux, thème ô combien aimé par nos enfants. 

Dans La maison des animaux, les rabats à soulever cachent des nids, des ruches, et toutes les petites maisons des animaux : poulaillers, sous les arbres, sous terre, la termitière, sous la neige, dans la mer, dans la forêt faisant découvrir aux enfants les différents habitats et l'environnement naturel de plusieurs animaux qu'il soit domestique ou sauvage. J'ai bien aimé qu'on aille plus loin en visitant également la savane, les fonds marins puis les saisons avec l'hiver et l'automne. Qu'est-ce qui se cache sous la feuille? dans le tronc de l'arbre? sous ce coquillage? Pour le savoir, il suffit de soulever les rabats. Le texte est léger, délivrant des informations succinctes et amusantes. Au zoo est différent et nous fait visiter les animaux que l'on peut voir au parc : éléphant, lions, singes, girafes, perroquets... C'est copieux! Il faut soulever les petites fenêtres, ouvrir des portes, écarter les bras du singe pour découvrir ce qu'il protège. C'est trop mignon et drôlement bien fait!

 
Les illustrations sont réussies, vraiment choupinettes, très colorées, avec pour Les maisons des animaux une dominante verdoyante et aux couleurs naturelles très appréciable. Les petits animaux sont croqués avec tendresse, avec naïveté. Les dessins sont remplis d'autres détails craquants à observer. Ces albums sont tout simplement génialissimes tellement c'est vivant, riche, généreux, plein de surprises. Des livres qui allient esprit ludique et découverte avec une valeur ajoutée : celle de plaire aux enfants grâce au côté "jeux" des rabats à soulever et des cachettes à chercher pour associer une maison à un animal. De plus, ils ont un côté très attachant et attendrissant si bien qu'on ne peut que craquer!




mercredi 25 mars 2015

TERRE-DRAGON - Tome 2 - Le Chant du Fleuve

Erik L'Homme

Gallimard Jeunesse
Paru en Février 2015
224 pages
11,50 euros

Roman Junior dès 10 ans
Thèmes : Aventure, Fantasy, Amitié

Quatrième de couverture : Pour AEgir-Peau-d'Ours et Sheylis, l'apprentie sorcière, le chemin vers la liberté est encore long. Pourchassés avec leurs compagnons, ils doivent traverser les terrifiants marais qui les séparent de Kesh-la-Grande. Les pouvoirs de Gaan le sorcier leur permettront-ils d'échapper à ce piège mortel ?

"Terre-Dragon offre des paysages grandioses et sauvages, une sorte d'île au milieu de montagnes. L'univers est plutôt sombre avec une société hiérarchisée en clans et tribus qui vivent sous le joug d'une unique croyance : celle des Trois Dieux (Le Chevaucheur de Vent, Le Maître de la Foudre, La Reine des Montagnes) et unis autour d'un long poème épique de Rosk-le-Borgne. Une épopée passionnante pour tous les éléments qu'on y découvre, alternant magie, nature, animaux et hommes, tous reliés par un fleuve métallique. Ce tome introductif est réussi et nous embarque dans une course-poursuite redoutable. Un bon point pour la nouvelle saga d'Erik L'Homme et surtout pour l'univers si original qu'il a su construire avec passion." 


Voici le résumé de la situation :  un jeune garçon de 12 ans,AEgir, échappe au guerrier naatfarir du nom d’Ishkar qui le tenait prisonnier. Dans son parcours, il rencontre Sheylis, jeune fille ayant dû fuir son village natal pour cause de sorcellerie. Tous deux sont poursuivis par le guerrier naatfarir, obsédé par les pouvoirs d'AEgir. En effet c'est un Dakan autrement dit un homme capable de se métamorphoser en une espèce de ours-garou! AEgir s’est trouvé deux compagnons de voyage : un scalde qui chante faux, Doom, ainsi qu’un vieux sorcier aveugle nommé Gaan. Ce groupe erre et fuit dans les montagnes et à travers les plaines du royaume de Terre-Dragon. Le Chant du fleuve est la suite de leurs aventures. Après une effroyable bataille, AEgir et son groupe d'amis sont contraints de fuir sur un petit radeau de pierres. Ils descendent le fleuve métallique pour aller à Kesh-la-Grande. Mais les forces ennemies n'ont pas dit leur dernier mot : autant Ishkar que le prêtre du Crâne sont aux trousses d'AEgir et de Sheylis. Le prêtre du Crâne lance ainsi une terrible malédiction sur le royaume, laissant nos héros démunis et en proie à un environnement dangereux et hostile. 

Des créatures horribles peuplent ce récit d'héroïc-fantasy : serpent gigantesque, tribu d'hommes-fantômes...le Fleuve métallique regorge de dangers pour nos héros.  On en sait un peu plus sur ce vaste et curieux Royaume de Terre-Dragon car l'auteur distille subtilement des éléments intéressants, entre magie, prophétie, mélange d'éléments mystiques et chamaniques. Le lien entre AEgir et le Fleuve est aussi plein de mystères. On en sait plus sur le passé de nos personnages et cela apporte une autre dimension, encore plus captivante à l'intrigue. Suite à une guerre, la Reine des Montagnes et le Maître de la Foudre se sont unis au panthéon des dieux, alliés au roi-dragon, rejoints par le Chevaucheur de vent. On comprend mieux le fonctionnement des thun-lawz et l'étendue de leurs pouvoirs. J'aime aussi beaucoup le personnage du vieux magicien aveugle qui inspire toujours sagesse, expérience et prudence au groupe. Les chapitres courts rythment parfaitement le récit qui se veut dynamique, efficace et plein d'action. La série est toujours aussi réussie car ce tome 2 apporte des réponses, approfondit la psychologie des personnages et nous offre une fin percutante! L'univers magique et primitif est pour le reste fascinant et on a encore beaucoup de questions concernant la nature d'homme-ours d'AEgir.

L'enfant qui avait oublié sa peur

Nathalie Wyss
Béatrice Boutignon

Le baron perché
Paru en Janvier 2015
32 pages
16 euros

Album Jeunesse dès 3 ans
Thèmes : Peur, Amitié, Hiver

Quatrième de couverture : Malgré le vent, malgré la neige, un enfant marche sans répit. Apeuré, il avance pour éviter que son coeur ne s’émiette… jusqu’à ce qu’il rencontre un ours à la fourrure touffue et chaude. « De quoi as-tu peur, toi ? » lui demande-t-il alors. Ils poursuivent ensemble leur chemin, unis par une nouvelle amitié, veillant l’un sur l’autre. Un petit oiseau, symbolisant la peur, les accompagne désormais, léger et inoffensif. Ce récit délicat permettra aux plus petits d’appréhender leurs frayeurs en douceur.

J'ai été agréablement surprise par le thème, le texte tout en douceur et en poésie et les magnifiques illustrations de cet album. C'est une jolie découverte. Le texte est subtil, délicat, nostalgique...on suit les pas d'un enfant, dans la neige, dans le froid. Il marche continuellement, inlassablement parce qu'il a peur. Il avance car s'il s'arrête, son coeur tombera en miettes. Puis il rencontre un ours à la fourrure moelleuse et chaleureuse. Sans se l'expliquer, l'enfant ralentit le pas...si bien que l'ours le rejoint et entame la conversation. L'ours a peur des flocons. Le garçon n'a pas peur des oiseaux. Unis par une amitié solide, ils poursuivent leur chemin, ensemble avec à son épaule, un oiseau qui les accompagne... Cet oiseau symbolise la peur du garçon. Elle est là, toujours présente mais c'est plus léger, moins imposant, moins impressionnant. L'enfant finit par s'endormir paisiblement et si précieusement emmitouflé dans la fourrure de son ami, il dort jusqu'au printemps...


Histoire d'une rencontre, d'une amitié porteuse de sens, réciproque et essentielle qui aide chacun à vivre sa peur, à l'accepter et à faire avec, cet album est magique, il protège et fait du bien. Car la peur est un sentiment nécessaire pour peu qu'elle n'empêche pas de vivre, de sourire, de guérir, d'avancer. Illustré avec une infinie tendresse et des couleurs claires, apaisantes, L'enfant qui avait oublié sa peur laisse un message lumineux, plein d'espoir. Un album réconfortant et rassurant.


“La peur c’est l’oiseau, le petit oiseau, il peut être un handicap, une maladie, peu importe. J’ai appris au fil des ans à vivre avec la peur, l’accepter pour ne plus la craindre, comme le petit oiseau que l’enfant finira par accepter. Ainsi, il n’entrave plus la marche des deux compagnons. Il est là, mais ils avancent quand même, et ce, sans rater un rayon de soleil, sans rater la bise, sans rater la vie.”
Nathalie Wyss

Toutes ces choses qui nous échappent

Wendy Wunder

Hachette Romans
Traduit de l'anglais par Alice Delarbre
Paru en Février 2015
400 pages
15,90 euros

Roman ados dès 14 ans
Thèmes : Adolescence, Différence, Emotions

Quatrième de couverture : Certains ont des soeurs, des cousins. Moi, j'ai Zoé. Depuis l'année de nos sept ans, j'ai un certain talent pour veiller sur elle et la protéger de ses coups de tête excentriques. En tout cas jusqu'ici j'arrivais toujours à la canaliser. Cette fois, c'est plus compliqué : Zoé veut partir, quitter le trou où on vit. Elle dit qu'elle a besoin de prendre la route et de nous éloigner de nos vies minables ; qu'elle refuse d'être considérée comme folle. Je vais suivre Zoé. Parce que je dois l'aider à recouvrer son état normal. Parce qu'elle est la seule personne sur qui je puisse compter dans ce monde. Et je me dis qu'elle a raison : on doit partir pour apprendre toutes ces choses qui nous échappent et dont nous avons tant besoin : l'audace, l'insouciance et, qui sait, peut-être même le bonheur... 

Toutes ces choses qui nous échappent c'est un drôle de roman...au démarrage un peu farfelu et loufoque car toutes les pensées d'Hannah et de Zoé partent dans tous les sens. C'est confus et seules les héroïnes semblent bien savoir où elles vont, ce qu'elles font et pourquoi elles le font. Bref on les suit avec attention et concentration. Chaque chapitre porte le nom d'une émotion, d'un sentiment, d'une valeur : peur, envie, convoitise, devoir, désir, liberté, vérité, pardon, loyauté, honte, déception...autant de sentiments différents que Zoé, ado de 17 ans doit expliquer à son petit frère Noah atteint du syndrome d'Asperger. Wendy Wunder s'en sert habilement, avec douceur et sensibilité pour nous parler de tout ce qui fait la vie : la mort, la culpabilité, la maladie. Noah est passionné d'astronomie, de sciences mais n'arrive pas à comprendre, à ressentir les émotions humaines. Il a dû mal à mettre le doigt dessus alors Zoé a eu l'idée de créer un musée conceptuel avec des sortes de compositions artistiques trônant fièrement dans leur cave. Hannah fait également l'expérience de sentiments amoureux, de déception envers son père alcoolique et sa mère renfermée... Un jour Zoé déprime et ne veut plus se lever. Elle part dans des délires d'extra-terrestres venus la chercher et pousse Hannah à prendre la route à la traque d'une tornade. Hannah s'inquiète pour sa meilleure amie (délires?? troubles de la personnalité?? suicide??) alors elle l'accompagne. Un voyage initiatique hors du commun, un brin déjanté pour expliquer toutes ces choses qui échappent à notre compréhension.

Au-delà du road trip à travers les Etats-Unis, Wendy Wunder offre un récit réaliste, plutôt attachant mais qui n'aura pas su me bouleverser car tout est assez déstructuré. On se perd un peu dans les méandres de l'esprit, des interrogations, des souvenirs, du temps présent. Zoé est rigolote car sous ses délires jaillit une jeunesse pleine de rêves, de fougue et d'innocence. Elle pousse Hannah à dépasser ses limites, à vivre ses rêves, à prendre confiance. Elle a des explications intéressantes et attendrissantes pour expliquer le sens et la valeur de certaines choses, de l'amour, de la famille, de l'amitié. Zoé a soif d'audace et d'insouciance. C'est un duo plein de joie, de fraîcheur, de mélancolie... qui pétille et vit l'instant présent à fond. On y trouvera également des maximes sympa et lucides sur le karma et la notion de bonheur. Une lecture agréable sur les pouvoirs bienfaiteurs d'une amitié hors norme mais si importante à l'équilibre des deux héroïnes. C'est Zoé qui m'a le plus plu : sa personnalité fofolle, détraquée, ses envies, sa vision du monde à la fois drôle, intelligente et détonante. Une jolie lecture qu'il faut apprendre à aimer pour son côté décousu.


« Personne ne peut comprendre exactement le chagrin d'autrui, parce que celui-ci dépend de la relation qu'on avait avec le disparu.
Il y a autant de chagrin qu'il y a d'habitants sur la planète.
»

lundi 23 mars 2015

Timoté a perdu son doudou

Emmanuelle Massonaud
Mélanie Combes

Gründ
Paru en Février 2015
24 pages
5 euros

Album Jeunesse dès 2 ans
Thèmes : Héros, Quotidien, Enfance

C'est une belle journée qui s'annonce pour Timoté. Sa maman l'emmène à la bibliothèque où il retrouve ses amis et découvre de nouvelles histoires grâce à Augustin le bibliothécaire. Pendant l'heure du conte, il trouve un album génial sur les chevaliers. Timoté est tout content car son Papi vient le chercher pour l'emmener au Muséum! Excité, il court dans les bras de son Papi et direction les squelettes! Puis vient l'heure du goûter et là CATASTROPHE, Timoté a perdu Boubou son doudou. Comment cela a-t-il pu se produire? Timoté ne lâche jamais son doudou...

Timoté a perdu son doudou c'est le thème typique et essentiel de la petite enfance. Les enfants ont tous un doudou qu'ils apportent partout avec eux. Compagnon de tous leurs instants, un ami rassurant, protecteur et confident. Aussi lorsque doudou s'est perdu ou a été oublié quelque part, c'est le drame. Heureusement dans cet album tout se finit bien et Timoté pourra s'endormir avec Boubou dans les bras. Mais cet album met aussi en avant que l'enfant lorsqu'il grandit, découvre d'autres choses...petit à petit il n'a plus besoin de son doudou et peut s'en détacher facilement ou sans vraiment s'en rendre compte. Une histoire réconfortante qui permet de dédramatiser une situation jugée catastrophique pour l'enfant, redoutée par les parents, car que faire quand on ne trouve plus son doudou. Une histoire qui incite inconsciemment, progressivement, en douceur à s'éloigner d'un doudou pour rentrer dans le monde fascinant et plein de découvertes de l'enfance. A la fin, deux petites pages de jeux "pour aller plus loin" et un dépliant avec un tangram...à faire avec les parents. J'aime beaucoup les dessins tendres, naïfs, mignons et tout en rondeurs qui sont très attachants.

Coffret anniversaire 30 ans des éditions Usborne - J'habille mes amies

Editions Usborne
 
Paru en janvier 2015
4 livres avec autocollants de 25 pages
19,95 euros
Fiona Watt- Stella Baggott - Leonie Pratt- Vici Leyhane















Si vous me suivez, depuis quelque temps, vous avez découvert tout comme moi la collection J'habille mes amies publiée chez Usborne. J'adore cette collection d'autocollants et à vrai dire, j'aime tout chez eux tellement c'est bien fait, bien conçu et à l'écoute des envies des enfants. Pour leurs 30 ans, les éditions Usborne proposent le coffret spécial J'habille mes amies. Le coffret cartonné s'ouvre avec des petits scratchs et contient 4 jolis albums d'autocollants : Les danseuses, Les actrices, Les fées, Les princesses avec en prime un superbe poster pour décorer et égayer la chambre à coucher! 

Le grand plus de ces albums et ce qui fait mouche ce sont les décors magnifiques, le soin apporté aux détails très girly, les tenues féériques, à la mode et tous les accessoires tendances. Ce sont des albums, des thèmes actuels qui plaisent aux petites filles, à leur esprit coquet et joyeux

La mise en page est toujours la même, vraiment bien pensée : chaque album a un thème, traité à travers plusieurs scénettes dans des lieux différents. Chaque double-page présente un décor et trois ou deux mannequins filles en sous-vêtements. Avec les autocollants du milieu de page (au moins 300 par albums), il faut les habiller. De quoi passer des heures de distraction, d'amusement, sans compter qu'il n'y a pas que les vêtements, il y a toute une foule d'accessoires (chapeaux, couronnes, diadèmes, chaussures, bijoux, colliers, maquillage, sacs) et des objets de décoration pour étoffer les décors.

L'univers de ces albums est vraiment chouette : tout est bien pensé. J'ai adoré Les danseuses où l'on découvre les danses de rue, le ballet, la danse irlandaise, Bollywood, le concours de danse, la soirée disco, le swing, la samba, les claquettes, le flamenco, la danse de salon, la danse orientale...Pour chaque univers, l'enfant découvre, s'amuse... c'est un excellent divertissement mais aussi outil instructif pour apprendre des choses. Les petites rêveuses vont adorer ce côté féérique, magique, enchanteur dans Les fées et Les princesses avec des univers de contes de fées! La cascade enchantée, la rosée matinale, le palais magique, le carrosse royal, la féérie de l'hiver sont autant de scènes réussies et réjouissantes.

Les actrices est également très sympa car l'album nous plonge dans les coulisses du cinéma avec des scènes à compléter : l'audition, les costumes...et initient à divers genres de film : le drame historique, le film futuriste, le film d'action. Les lieux sont bien pensés : le festival de Cannes, le magazine ciné, à la télé, la cérémonie des récompenses, la caravane des stars... J'aime également ce côté shopping, comme si on faisait des petites emplettes en magasins parce qu'il faut réfléchir à la tenue, à l'ordre où l'on va coller les éléments. C'est formateur. Tout y est. Chaque album est complet et ludique. C'est l'idéal. Par chez nous, une petite Maélys les adore et en raffole! On la comprend!






 Et comme il s'agit d'un coffret anniversaire, il y a une petite surprise : un poster!


dimanche 22 mars 2015

UGLY LOVE ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Colleen Hoover

Atria Paperback
Paru en Août 2014
324 pages
14,14 euros sur Book Depository

Genre : New Adult, Romance contemporaine

♥ ♥ ♥

Quatrième de couverture : #1 "New York Times" bestselling author Colleen Hoover returns with a new heart-wrenching love story. When Tate Collins meets airline pilot Miles Archer, she doesn't think it's love at first sight. They wouldn't even go so far as to consider themselves friends. The only thing Tate and Miles have in common is an undeniable mutual attraction. Once their desires are out in the open, they realize they have the perfect set-up. He doesn't want love, she doesn't have time for love, so that just leaves the sex. Their arrangement could be surprisingly seamless, as long as Tate can stick to the only two rules Miles has for her. Never ask about the past. Don't expect a future. They think they can handle it, but realize almost immediately they can't handle it at all. Hearts get infiltrated. Promises get broken. Rules get shattered. Love gets ugly.

Comment vous dire??? C'est le MEGA coup de coeur, le coup de poing...J'ai tout adoré dans ce roman : l'écriture de Colleen Hoover, son style très immersif et addictif, son histoire déchirante, ses personnages...Tout je vous dis! Tate Collins rencontre Miles Archer chez son frère alors qu'elle s'apprête à emménager temporairement chez lui, le temps de terminer ses études d'infirmière. Miles est complètement bourré le soir où ils se rencontrent...ce qui n'est pas pour plaire à Tate qui dès le lendemain lui fait remarquer assez sarcastiquement. Ce n'est pas le franc amour d'ailleurs... Miles semble antipathique, distant, parfois désagréable avec Tate jusqu'au fameux Thanksgiving. Alors que Miles est invité chez les Collins, Tate commence à se poser des questions sur cet homme, pilote de ligne, mystérieux et énigmatique. Il semble tourmenté mais elle n'arrive pas à savoir pourquoi car Miles est très secret et son visage ne trahit pas la moindre émotion. Ils sont vite attirés l'un par l'autre...aussi lorsque Miles propose un marché à Tate, elle accepte. Ils seront ensemble uniquement pour le sexe, rien de plus, rien de moins. Et ils devront respecter deux règles : ne pas poser de questions concernant le passé et ne rien attendre du futur...

Ces deux règles, forcément ne vont pas fonctionner car Tate et Miles vont tomber éperdument amoureux l'un de l'autre. Dès lors que les sentiments s'en mêlent, affection, jalousie, envie, tendresse...tout devient plus compliqué. Si le coeur de Tate est libre de s'engager, celui de Miles est meurtri et l'on va progressivement comprendre pourquoi. Deux styles d'écriture se complètent dans ce roman grâce à l'alternance des voix. Les chapitres narratifs racontés du point de vue de Tate se déroulent de nos jours : le récit est plus sobre, plus calme et on découvre les pensées de Tate, ses doutes, ses questionnements pour Miles, ses sentiments naissants pour lui. Et il y a les chapitres du passé de Miles, qui remontent 6 ans en arrière lorsque Miles avait 17 ans. C'est là que Colleen Hoover y met tout le suspense, l'intensité grâce à une écriture alerte, rapide (des phrases courtes, des syntaxes particulières, des mots percutants). Les chapitres concernant Miles sont pleins de tension, d'un sentiment vital, d'urgence comme pour mieux faire ressentir le drame qui va se jouer. C'est fort et ça vous heurte de plein fouet parce qu'on pressent le pire et quand ça arrive...Whaouh! Et ce sont ces chapitres là qui rythment tout l'ensemble, nous captivant et nous emportant dans un flot d'émotions, de sensations. Colleen Hoover s'attaque à des thèmes universels qui font battre le coeur : l'amour, la famille, les drames qui brisent des destins, des personnes, des coeurs.

J'ai été littéralement emportée, embarquée. J'ai pleuré car la lecture VO est magnifique et fait ressentir tout ce qu'il y a de déchirant, de tragique dans cette magnifique histoire d'amour. De fait, il n'y en a pas qu'une... Il faut vraiment que vous lisiez ce roman. C'est beau, c'est puissant, c'est génial! C'est rare lorsqu'un livre vous procure autant de frissons. J'en étais toute retournée, chamboulée, bouleversée. Je m'en souviendrais bien longtemps! En un mot : INOUBLIABLE!

samedi 21 mars 2015

RED QUEEN - Tome 1 ♥ ♥ ♥

Victoria Aveyard

Le Masque
Collection MsK
Traduit de l'américain par Alice Delarbre
Paru en Mars 2015
448 pages
18 euros

Roman ados dès 13 ans
Thèmes : Fantasy, Dystopie, Guerre

♥ ♥ ♥

Résumé de l'éditeur : Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l'égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d'esclaves ou de chair à canon. Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d'Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l'indépendance de son peuple.

NOTRE ARMEE SE LEVERA, AUSSI ROUGE QUE L'AUBE.

Quelle belle entrée en matière pour ce premier tome! Un mélange de registres entre dystopie, fantasy, historique fort rafraîchissant et original, à mi-chemin entre La Sélection, Le Joyau et Hunger Games. L'univers inventé par Victoria Aveyard est d'une richesse et d'une complexité réjouissantes tant au niveau de la psychologie des personnages qu'au niveau de l'intrigue.

Jeux de pouvoirs, intrigues à la cour, violence, complots, attentats, trahisons, faux-semblants...bienvenue au Palais d'Archéon! Mare Barrow, une Rouge de 17 ans va voir son destin bouleversé lorsqu'elle va découvrir qu'elle a des pouvoirs paranormaux. 
Foisonnant, bourré d'éléments captivants, de détails convaincants, de décors époustouflants, de finesse et de subtilité, tout n'est pas blanc ou noir...la psychologie des personnages est fouillée, l'intrigue est pleine de rebondissements et de révélations qui nous empêchent de lâcher le livre tellement c'est excellent, original et unique.  

Victoria Aveyard met en avant une thématique fascinante, celle de la race et du sang. A cause de leur sang, les Rouges sont considérés comme des moins que rien, traités comme des parias, exclus et entretenus dans la pauvreté...exploités comme des esclaves par les Argentés, une élite cruelle aux pouvoirs extraordinaires, assimilés à des dieux...les Argentés détiennent la richesse, le pouvoir et fondent la politique du royaume de Norta. Une politique égoïste, injuste, autoritaire et oppressante. L'héroïne est un peu rebelle dans l'âme et vole dans son village afin d'assurer la survie des siens. Elle apparaît qu'avec des défauts au début...et cela nous la rend terriblement réelle et humaine...puis au fur et à mesure de son évolution, on va découvrir toutes ses qualités. Elle est très attachante et sa vision d'un monde plus libre, plus juste et équitable est lumineuse. Sans le vouloir, elle va débarquer au palais royal en tant que domestique et en ressortira en tant que princesse Argent...mais que s'est-il passé ? Pourquoi doit-elle épouser un prince Argent ? Mare Barrow est prise au piège dans un luxe aussi improbable qu'indécent, entre culpabilité et révolte, entre volonté et soumission...va t-elle réussir à renverser le pouvoir en place et sortir le peuple de la guerre ?

De plus les princes Cal et Maven sont des personnages intéressants, troublants, parfois tourmentés par les responsabilités qui leur incombent. Cal n'est pas toujours d'accord avec la politique de ses parents et Maven semble cacher quelque chose...on ne sait pas trop ce qu'il a en tête. Dans cette confusion des intérêts, des sentiments, le triangle amoureux se forme et sera décisif pour la fin. Victoria Aveyard nous entraîne dans un univers addictif, avec des thèmes passionnants, forts, une écriture efficace, un rythme bien dosé entre romance, action, mystère et suspense. Et bien plus qu'un roman divertissant Young Adult, Victoria Aveyard nous décrit un monde très actuel faisant réfléchir à des thèmes importants tels que l'esclavage, le terrorisme, le racisme, la révolution, le patriotisme, le combat pour une société plus égalitaire. Le changement des moeurs et des idées doit-il forcément se faire dans le meurtre?

J'ai adoré l'ambiance de la cour qui s'inspire de l'Histoire des rois d'Angleterre, entre le respect des protocoles, les sourires de convenance, les visages hypocrites... où tout n'est que façade, mensonges... une ambiance royale étouffante pour l'héroïne qui se débat entre son envie de sauver les siens et l'espoir de trouver une issue aux conflits.

Gros bravo à l'équipe de la collection qui a repris un élément essentiel pour la couverture : la couronne ensanglantée rappelant cet univers fait de sang, de violence et la couronne dans l'esprit de luxe. Et la fin quelle claque! Victoria Aveyard nous a totalement embarqué et bluffé. Avec Red Queen, la collection MsK a fait fort, tout comme le choix de Black Ice. C'est la collection Young adult de ce début d'année à ne pas manquer!

vendredi 20 mars 2015

Mauvais endroit Mauvais moment

Bénédicte Carboneill
Régine Joséphine

Oskar éditeur
Paru en Février 2015
206 pages
14,95 euros

Roman ados dès 12 ans
Thèmes : Société, Drogue, Adolescence, Polar

Quatrième de couverture : Max, 15 ans, est en garde à vue. On a trouvé de l'argent liquide mais surtout des sachets de poudre blanche sur lui. D'où viennent-ils? Qui lui en veut au point d'avoir caché de la coke dans son sac? Max n'en sait rien, ce qui ne va pas l'aider à convaincre la police, qui semble déjà s'être fait son idée. Du fond de sa cellule, coincé entre un ivrogne et un violeur, il clame son innocence en pure perte. Qui le sortira de ce cauchemar?

Voilà un roman dans le genre policier/polar tout à fait prenant et idéal pour les petits lecteurs. Alors qu'il squatte devant la maison de sa copine, Max est arrêté par la BAC. Son comportement suspect a alerté la police et une fouille en règle commence. Dans son sac, on trouve une enveloppe pleine de billets et des bonbonnes de drogue...Mais Max ne se drogue pas et n'est pas un dealer. C'est un jeune sérieux, bon élève, gentil, sans histoires...Il n'a pas le profil et son histoire ne colle pas avec celui d'un revendeur de coke. Pris dans la machine judiciaire, coincé en garde à vue, comment faire pour prouver son innocence ? Max pense au complot...pris au piège, comment faire pour convaincre la police des stupéfiants qui déjà est persuadée de la culpabilité de Max ?

Le thème de la garde à vue et de la résolution d'une affaire à travers ce point est intéressant et donne à voir les rouages d'un commissariat de police la nuit...l'arrestation, la fouille, la mise en cellule, l'indifférence des fonctionnaires de police, l'interrogatoire, la procédure de garde à vue...et l'enquête, la perquisition au domicile et les témoignages de l'entourage. D'emblée, comme le lecteur se place du point de vue de Max, on sait qu'il y a méprise...alors le suspense demeure essentiellement sur ce qu'il va se passer...comment Max va s'en sortir et qui a mis de la drogue dans son sac? Petit à petit l'étau se resserre mais le récit est plutôt bien amené. Le roman est très réaliste et décrit parfaitement ce que sont ces 24h éprouvantes d'enfermement, de frustration et de révolte dans une ambiance démoralisante et glauque. Max vit un cauchemar éveillé et est complètement déboussolé. 

Cependant le happy end m'a laissé de marbre...on est content que tout termine bien mais est-ce vraiment le cas dans ces affaires là?! A partir d'une petite arrestation, réussir à démanteler tout un réseau. C'est quand même trop facile : on est dans le romanesque. En tout cas, Mauvais endroit, mauvais moment est un texte qui donne à réfléchir sur les conséquences de la prise/vente de cocaïne, sur l'amitié, les liens familiaux, les trafics au lycée. Les chapitres sont courts, l'écriture est rythmée, l'action efficace...c'est fluide et dynamique, parfait pour les adolescents. Une chouette découverte chez Oskar éditeur.

Une nuit chez les pirates

Malika Doray

Ecole des Loisirs
Collection Loulou & Cie
Paru en Mars 2015
16 pages
10,50 euros

Album Jeunesse dès 3 ans
Thèmes : Humour, Pirate, Enfance

Décidément...j'adore les bouilles des petits personnages de Malika Doray. Avec beaucoup d'humour et de dérision, Une nuit chez les pirates raconte le rituel mouvementé du coucher et du dormir. Dans la famille Pirate, il y a la maman poilue, le papa avec des piercings, les grands-parents qui se battent...mais le plus pirate de tous c'est le petit dernier. Passé 20h30, il faut aller au lit mais ce petit filou attend que les adultes aillent se coucher en premier avant d'y aller lui aussi! Normalement chez la famille Pirate, il n'y a pas de câlins, ni de bisous pour aller dormir...mais comme les adultes n'ont pas voulu se dépêcher, ils en auront...des baisers! 

Dans cet album, on inverse le problème, retournement de situation : et si c'étaient les parents, les adultes qui traînaient pour aller au lit??!!!! finis la fiesta le soir, il faut être sérieux chez les pirates. Alors le plus petit de la famille désespère et joue de l'autorité! Une idée sympathique pour expliquer aux enfants qu'à 20h30 c'est dodo et pas de cinéma!!! Les bouilles des personnages sont facétieuses, malicieuses. J'adore les yeux pétillants, expressifs, rigolos, farceurs...de vrais garnements. Des illustrations simples, vivantes, claires...un univers drôle et enfantin, un brin naïf...le tout dans une ambiance familiale et attachante.